•  

    Le livre écrit par Annie Barrows, est bien plus qu'un roman, c'est un monde fabuleux qui évolue à Guernesey et dont on découvre, au fil de chaque lettre, les secrets les mieux gardés...Juliet Ashton est une journaliste/écrivain londonienne à la recherche d'un sujet pour son prochain livre, avec l'aide de ses amis Sidney et Sophie Stark. Par une heureuse coïncidence, elle reçoit une lettre de Dawsey Adams, habitant de l'île de Guernesey, à propos de Charles Lamb, et décide donc de lui répondre. S'ensuit alors un échange de lettres entre Juliet et Dawsey, puis entre Juliet et  deux autres membres du Cercle...

     

     

    Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant.

     

     

     



    Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies...

    Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

    Le film qui sort ces jours ci est adapté de ce roman...

     

    Peintures de Ken Knight.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

    Je viens de terminer le dernier roman de Patricia mac Donald  : Une fille dans les bois.

    Blair revient sur les lieux de son enfance pour voir sa soeur mourante qui lui demande de faire libérer un innocent qui a été condamné à cause de son silence. Mais pour le relâcher, la justice a besoin d'autres choses que le témoignage d'une mourante rapporté par une tierce personne. Il faut des preuves et c'est ce que Blair tentera de trouver.

     

     

    Mais Blair a fait une promesse à sa soeur et elle tiendra parole. Elle ne sait pas si elle y parviendra, mais elle ne lâchera pas prise tant et aussi longtemps que justice ne sera pas rendue. Il y a quelqu'un quelque part qui sait quelque chose, mais surtout, il y a un meurtrier qui se promène dans la nature...

     


    Patricia mac Donald  a une plume fluide et accessible. La lecture est agréable et simple par conséquent, nous nous laissons facilement embarquer par l'intrigue. D'ailleurs, je dois dire que l'intrigue est vraiment intéressante. Elle n'est peut-être pas très originale, soit un innocent incarcéré sur un faux témoignage, mais n'empêche que la protagoniste part de rien, sans aucun indice. le seul avantage qu'elle puisse avoir est le fait qu'elle a passé la journée avec la victime avant que celle-ci soit assassinée. de plus, Molly était sa meilleure amie.

    Peintures de Sergueiv Totouniov.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

     

    Un roman : Hypothermie

     

    Je viens de terminer  le dernier roman d'Arnaldur Indridason  au titre si énigmatique : Hypotermie . L'auteur , sous couvert de polars rondement menés , fustige régulièrement une Islande qui se délite quand il ne traite pas , avec brio , des tourments inhérents à la condition humaine !

    Une femme , Maria , retrouvée pendue dans son chalet d'été . Tout semblait limpide , facile ...un suicide. Oui mais non , ce serait oublier l'incroyable flair assorti de la non moins renversante ténacité de l'ami Erlendur . Lorsqu'une amie de la défunte lui avoue son scepticisme quand à son geste définitif , le doute s'immisce . Lorsque cette même amie lui fait écouter une cassette présentant Maria narrant sa triste histoire à un pseudo-médium , Erlendur le sait , il le sent , l'affaire ne fait que commencer , il se met en chasse...

     

    Un roman : Hypothermie


    Certainement son roman le plus touchant ! L'auteur traite , ici , des affres de l'absence . de cette douleur sourde qui vous taraude , tapie dans l'ombre, toujours prête à vous assaillir , vous terrasser pour peu que vous ne baissiez la garde . Maria , ravagée par la perte d'une mère à l'amour fusionnel et réciproque , est prête à tout pour renouer le contact !Une enquête originale de très bonne facture avec toutefois certains bémols . Tout d'abord , Indridason aborde la médecine et le spiritisme sans jamais faire dans le rébarbatif .

     

    Un roman : Hypothermie

    Rien de classique donc dans cette intrigue, qui ressemble d'ailleurs moins à un polar qu'à un roman psychologique sur la souffrance, le deuil, la mort, la famille, les secrets... Sous ses airs bourrus et sauvages, Erlendur fait une nouvelle fois montre d'humanité, de tendresse et de compassion, notamment envers la défunte Maria ou ses propres enfants Eva et Sindri. Livre poignant sur la souffrance et l'amour, c'est aussi, comme toujours chez Indridasson, une magnifique invitation au voyage, la destination étant cette fois le beau et tragique lac Thingvellir.

     

    Un roman : Hypothermie

     

     Peintures de Henri Lebasque...1865 -1937.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

    Un roman : Hypothermie

     


    14 commentaires
  •  

    Je viens de terminer le roman de Paula Hawkins, la fille du train...Résumé :   depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise  derrière la vitre : à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connait par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants qu'elle aperçoit, Jess et Jason. Un couple qu'elle imaginait parfait, heureux comme Rachel a pu l'être autrefois par le passé avec son mari.

     

     

    Un couple qu'elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l'être par le passé avec son mari, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à sa fenêtre. Que se passe t-il? Jess tromperait- elle son mari? Quelques jours plus tard c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom, Megan Hipwell a mystérieusement disparu...

    Paula Hawkins parvient à donner une réalité à ses personnages grâce à leurs défauts, leurs manies....la vie n'est pas un long fleuve tranquille, loin de là. Un excellent policier tout en psychologie dans lequel Steven Spielberg a su reconnaître le talent de l'auteur puisqu'il a acheté les droits cinématographiques.

     

    La fille du train.


    12 commentaires
  •  

     

     Les Oiseaux se cachent pour mourir, retrace l'histoire inoubliable du Père Ralph de Bricassart et de Meggie Cleary.  Dans la chaleur d'un domaine australien leur passion connait durant des années des tourments. Ralph est prêtre et a voué sa vie à l'église.

    Mais le séduisant religieux tombe amoureux de la jeune Meggie. Dès lors leurs vies restent intimement liées au delà des séparations et des évènements tragiques.

    Traduits dans plus de vingt langues, ce roman a fait de de Colleen McCullough un écrivain international.

     

     

     

     

     

    Colleen McCullough est née ( 1er juin 1937) dans l'ouest de la Nouvelle Galles du Sud en Australie, d'une mère néo zélandaise et d'un père écossais.

    Neurologie de formation, elle a travaillé dans différents hôpitaux à Sydney et au Royaume Uni. A la fin des années 1970, elle s'est installée dans l'ile de Norfolk avec sa famille.

    Sa carrière d'écrivain débute en 1974 avec le roman "Tim" suivi des" Oiseaux se cachent pour mourir"( en 1977) adapté à la télévision avec Richard Chamberlain. Puis "Un autre nom pour l'amour" en 1981.

    Colleen Mc Cullough était membre de l'académie de New York . Elle est décédée  le 29 janvier 2015.

     

     

     


    C'est un roman que beaucoup ont lu...et une série vue aussi par certain(e)s d'entre vous.

    Je viens de le relire car l'histoire est si dense que j'ai toujours du plaisir à le relire.

    Bonne semaine à tous.

     

     

    Un roman ...Les oiseaux...

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique