•  

     

    Comme il fait très chaud, je m'enferme l'après midi dans la maison et je lis beaucoup...Là je relis un roman de Cathy Kelly," Du miel pour les abeilles", un auteur facile à lire, on ne se prend pas la tête, on savoure ses histoires qui se passent toutes en Irlande. J'aime beaucoup cette auteure qui à travers ses personnages féminins profondément attachants aborde les petites et grandes misères de la vie courante.

    Ce roman nous parle intiment, trois générations de femmes vont se trouver et s'entraider pour mieux rebondir et recommencer à vivre avec le sourire. Lilie, Australienne, a été adoptée à sa naissance. En apprenant qu'elle a un frère en Irlande, elle s'envole pour l'autre bout du monde. Seth et son épouse Frankie l'accueillent avec chaleur.

    Peggy, nouvelle dans la région, va y ouvrir un commerce. Elle transporte avec elle de lourds secrets. leurs destins vont se croiser....

    Ainsi, comment maintenir son couple à flot quand la ménopause s'installe, comment envisager l'avenir quand le chômage survient après cinquante ans, comment survivre quand le conjoint d'une vie disparaît, comment accepter l'amour quand l'exemple des parents est un enfer, comment montrer à ses enfants qu'on les aime quand ils se détachent pour un avenir parfois illusoire, comment accepter d'être une enfant abandonnée à la naissance,…
    Chacune de nous porte ses soucis, ils sont tous différents et pourtant, parfois, il suffit d'une rencontre pour remettre les choses bien en place et repartir d'un bon pied. 

    A lire pour passer un bon moment et oublier ses soucis.

     

    Bon week end à tous...

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

    À vingt-huit ans, Nina Olgivie est l’image même de la réussite professionnelle : directrice du département Fonds de pension d’une grande banque londonienne, elle gagne beaucoup d’argent et jouit d’une grande notoriété. Mais cette façade brillante cache les blessures d’une jeune femme que sa mère, ravissante et volage, n’a jamais aimée, et à qui son père, ancien agent des services secrets, ne témoigne que de l’indifférence.

    Dans un tel contexte, Nina a appris à s’endurcir contre les peines de cœur sans jamais s’autoriser à tomber amoureuse. Mais voilà que, ombre dans le tableau éclatant de sa carrière, elle est victime d’une campagne de presse virulente, visant justement cette absence de sentiments qui se ressent jusque dans ses relations professionnelles. Sa banque l’envoie alors en mission en Afrique du Sud, le temps qu’elle se fasse un peu oublier.

    Évoluant parmi les nouveaux riches de cette société en mutation, elle va tomber doublement amoureuse : de ce pays, d’abord, et de Wolf Möller, un énigmatique homme d’affaires. Il parvient à percer l’armure de la jeune femme, la convainc de l’épouser et, quelques mois plus tard, elle lui donne un fils. Bien intégrés, les Möller se font de nombreux amis. Wolf se présente comme un investisseur d’origine est-allemande. Gagnant la confiance de la bonne société sud-africaine, il amasse une véritable fortune. Mais il est précédé d’une réputation auréolée de mystère, et peu à peu des soupçons pèsent sur lui, que Nina, toute à son bonheur, se refuse de considérer. Jusqu’au jour où elle doit se rendre à l’évidence : son mari s’est envolé avec toutes leurs économies et celles de leurs amis, et on l’accuse d’être un espion à la solde des Russes. Pire, il a kidnappé leur enfant.

     

     

    En prison (elle a été accusée de complicité), Nina met au point l’implacable stratégie de ses représailles, alimentées par une haine d’autant plus inextinguible qu’elle est convaincue que tout cela ne serait pas arrivé si elle avait su étouffer ses sentiments. À sa sortie, elle retourne en Europe où, avec l’aide de son père, elle entreprend, sous une nouvelle identité de « blanchisseuse d’argent », de retrouver mari et enfant. Au terme de cette aventure qui l’emmènera aux États-Unis, dans l’ex-Yougoslavie en ruines, au cœur de la mafia sicilienne, sur la Côte d’Azur et, pour finir, en Russie, elle découvrira la véritable identité de Wolf Möller et prendra sa revanche de façon magistrale…

     

    Un peu compliqué à lire mais intéressant tout de même....

     

     

    Bon week end à tous..

     

     


    11 commentaires
  • xx

     

     

    Résumé du livre de Ken Follett " La marque de Windfield".

    Au coeur de l'Angleterre  victorienne, en 1866 plusieurs élèves du collège de Windfields sont témoins d'un accident au cours duquel, l'un d'entre eux trouve la mort par noyade....Les secrets qui entourent cet épisode vont marquer à jamais les destins d'Edward, riche héritier de la banque Pilaster ainsi que celle de sont cousin Hugh, plus pauvre...et aussi  celui de Miranda , fils d'un richissime sud américain, aux moeurs plus que douteuses.

     

    Ken Follette a su décrire avec brio, cette société faite de pouvoir et d'argent, de débauche et de familles derrière une façade plus que respectable. Qui l'emportera sur le bien ou sur le mal?

    C'est toujours un plaisir de se plonger dans l'écriture de cet auteur britannique.surdoué. Je l'ai relu avec bonheur...

    Bonne fin de semaine à tous avec l'été qui arrive.

     

     

     

     

     

    11 commentaires
  •  

     

     

    Je viens de relire avec plaisir le roman de Charlotte Link : les roses de Guernesey.

    Résumé : Franca Palmer ne se sent plus le courage de supporter les exigences de son métier d'enseignante, et de son mari, du quotidien...
    Sur un coup de tête, elle décide de rompre avec tout ce qui, jusque-là, était sa vie. Elle choisit de se réfugier à Guernesey, où elle sait qu'elle trouvera cette chaleur qui lui manque tant auprès de la propriétaire de la roseraie du Variouf, un délicieux village du sud de l'île.
    Très vite, une amitié empreinte de pudeur et de réserve naît entre la jeune Allemande et son hôtesse, Béatrice Shaye, septuagénaire de fraîche date, qui partage sa vaste demeure avec Hélène Feldmann, de dix ans son aînée.

     


     

    Mais une aura de mystère plane sur la roseraie. Franca va bientôt découvrir que tous les indices semblent mener au passé des deux femmes, à l'époque où l'île était occupée par les troupes allemandes.
    Un roman palpitant qui raconte la vie de Béatrice Shaye, originaire des îles Anglo-Normandes, qui avait 14 ans lorsque les troupes d'occupation allemandes arrivèrent sur l'île. La population avait fui en majorité vers Londres, mais lors de la fuite elle a été séparée de ses parents qui sont partis sans elle.

     


     

    Alors, le commandant allemand ayant choisi la maison des parents de Béatrice pour s'y installer avec sa femme Hélène, Béatrice sera prise en charge par le couple allemand. Elle pourra rester 5 années dans sa maison, mais devra subir constamment l'agression de la part du commandant qui était un grand dépressif; sa dépression et son agressivité connaîtront un climat avec la défaite de l'armée allemande. En revanche elle aura des relations tout à fait particulières avec Hélène, l'épouse du commandant.

     

     

    Ce roman m'a fait penser très fort à un autre excellent roman, "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" des américaines Shaffer et Burrows qui se passe aussi à Guernesey.

    C'est le destin de plusieurs femmes qui nous est décrit à travers les pages tout en faisant une belle part au nazisme. 

    Et puisqu'il est question de roses, en voici quelques unes de mon jardin.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    J'ai retrouvé le Roman de Danielle Steel - Souvenir du Vietnam - dans ma bibliothèque et je l'ai relu avec beaucoup de plaisir.

    On n'aime ou pas Danielle Steel mais ce roman est une fresque profondément humaine avec, en toile de fond, l'histoire de la guerre du Vietnam.
    Toute jeune journaliste, Paxton Andrews se trouve précipitée dans le tourbillon de cette guerre qui marquera à jamais ceux qui, soldats ou envoyés spéciaux des médias, l'auront vécue. Pendant sept longues années de tourmente, la jeune femme écrira en direct du front une rubrique qui fera d'elle une vedette, avant de rentrer aux Etats-Unis et d'assister aux pourparlers de paix à Paris. Elle aura côtoyé entre-temps l'horreur quotidienne, le danger et la mort. 

    .Durant sept ans, jusqu'à la chute de Saïgon, elle va vivre au contact de l'horreur et de la mort, témoin au jour le jour d'une guerre atroce, qui a marqué pour leur vie tous ceux qui l'ont traversée. Un parcours jalonné également de rencontres avec des hommes qui chacun à leur manière l'aideront à s'accomplir. Le roman assurément le plus fort, le plus bouleversant de Danielle Steel, qui a voulu le dédier à ses quatre fils. 

     

     

    Roman - Souvenir du Vietnam.

    Bon week end pascal à tous.

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique