•  

     

    Je suis en train de relire, Solstice d'hiver de Rosamund Pilcher...

    Elfrida,une ancienne actrice se retrouve seule, à la retraite. Elle quitte Londres pour s'installer dans un petit cottage, à la campagne. Elle ne tarde pas à se lier  d'amitié avec Oscar Blundell, un voisin avec lequel elle partage son amour de la musique. Lorsque le drame se produit dans la vie d'Oscar, elle n'hésite pas à le suivre dans le nord de l' Ecosse, dans  sa propriété.

    Grâce à l'affection d'Elfrida, Oscar va t-il surmonter sa peine? Ce nouvel équilibre, mis à l'épreuve par l'arrivée inopinée d'une jeune femme accompagnée de sa nièce, d'un homme d'affaire  bloqué par la tempête de neige qui sévit à l'approche de Noël....

     

    C'est une belle histoire, un peu comme un conte avec de beaux sentiments et des gens chaleureux. des personnages blessés par la vie qui vont se retrouver sous la neige en Ecosse, ils vont s'entraider, se réconforter.

    Un roman à lire au coin du feu, on n'a  le cadre de cette histoire qui se passe juste avant les fêtes de Noël... J'ai beaucoup aimé cette histoire  et on n'a pas envie de quitter ces personnages si optimistes malgré les malheurs qui les a frappés.

    L'écriture de Rosamund Pilcher est légère, aérienne, musicale...C'est un livre qui fait du bien, à lire pendant les  fêtes de fin d'année. On ne voit pas passer le temps.

    Je vous souhaite à tous une bonne journée.

     

     

    Solstice d'hiver. - Rosamund Pilcher.

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Après avoir lu Rebecca, j'ai eu envie de relire ma cousine Rachel du même auteur.

    Décidément Daphné du Maurier ne cesse de me surprendre. Après avoir vraiment adoré Rebecca,

     Ma cousine Rachel  ne m'a pas déçue.


    En même temps, je dois dire que les bases sont les mêmes : un manoir ou domaine en Angleterre, un narrateur jeune et naïf et un second personnage qui cache bien des secrets.

     

    Affiche du film de Roger Michell -adaptation du roman -  2016

     

     

    L'affection que le jeune Philip nourrit, en dépit de la différence d'âge, pour son cousin Ambroise Ashley le pousse à gagner Florence sitôt que ce dernier, qui a épousé une comtesse italienne, ( prénommée Rachel) lui écrit pour demander son aide. A peine arrivé, il apprend la mort d'Ambroise et repart sans avoir pu démêler le mystère qui entoure l'existence de la comtesse Rachel.Quand la cousine Rachel rejoint soudain Philip en Angleterre, elle porte à son comble la confusion des sentiments  de haine et de désir qui animent le protégé d'Ambroise.

     

     

     

     

    Pourtant le charme de la jeune femme agit au point de susciter l'amour chez Philip qui, dans un élan de folle générosité, renonce à son héritage au profit de l'intrigante. Mis en garde par Louise, la fille du pasteur, à qui l'habileté de l'Italienne n'a pas échappé, Philip ne comprend vraiment qu'il a été joué que le jour même où Rachel prend possession du domaine et laisse ouvertement paraître son mépris de tout sentiment amoureux. Un jour, Philip découvre que Rachel dissimule du poison. Ambroise est-il mort de mort naturelle comme on l'a prétendu ? Et comment Philip échappera-t-il au même destin ?

     Comme dans nombre de ses romans, Daphné du Maurier situe l'intrigue en Cornouailles, pays rude, aux âpres paysages, qu'elle décrit si bien. On retrouve l'ambiance déjà ressentie au fil des pages de Rebecca,

    Bonne semaine à tous...

     

     

    Ma cousine Rachel.

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

    Comme le rapporte le blog de Guillaume Cannat, auteur scientifique, "la mécanique céleste nous régale ces jours-ci de l‘une des plus belles réunions planétaires de l’année. En regardant vers l’horizon est-sud-est près d’une heure avant le lever du Soleil, vous n’aurez aucune difficulté à repérer l’éclat puissant de Vénus. La planète la plus brillante du Système solaire se rapproche jour après jour de la position apparente du Soleil, avec lequel elle sera en conjonction au mois de janvier prochain, mais elle est encore superbe dans le premières lueurs colorées du jour. Vous pouvez la voir aussi bien en pleine nature qu’en milieu urbain, le seul impératif étant de trouver un site offrant une vue bien dégagée vers l’est. Vénus est l’astre ponctuel le plus brillant du ciel, vous ne pouvez donc pas confondre cette planète avec une étoile, ni même avec Jupiter qui est actuellement près de dix fois moins lumineuse. "

     

     

     

    Sur cette image prise le lundi 13 novembre à l’aube au bord de l’étang de l’Or, dans le sud de la France, Vénus et Jupiter sont à 16′ d’écart, moins de 0,3° ; Vénus est la plus brillante.  La Station spatiale internationale est visible sur la droite du couple planétaire ; elle s’est déplacée durant la pose et a laissé une petite trace.

     

    Histoire d’ajouter une note spatiale à votre observation de cette magnifique conjonction, notez que, lundi matin, la Station spatiale internationale survolera la France métropolitaine à partir de 6 h 36 min, heure de Paris ; utilisez le site Heavens-Above pour déterminer la trajectoire au-dessus de chez vous (en anglais). 

     

     

    Pour en savoir plus  allez ICI

     

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

    Des nouvelles du Ciel.

     

     


    13 commentaires
  •  

     

    Envie d'un voyage dépaysant dans les Cornouailles sur les traces d'une célèbre romancière anglaise ? J'ai le livre qu'il vous faut, Manderley for ever de Tatiana de Rosnay. dont Daphné du Maurier est l'idole, publie une biographie passionnante de l'écrivain de REBECCA. Son livre s'appelle " Manderley for ever".

     Au même moment parait une nouvelle traduction de son roman REBECCA par Anouk Neuhoff (Albin Michel ) qui permet de redécouvrir ce roman indémodable et subtil sur les sentiments, la passion, la jalousie qui peut mener au pire.

     

     

    Daphné du Maurier devant son manoir Menabilly avec ses enfants.

     

    Si Rebecca est belle et vive mais elle est la seconde épouse, Daphné est aussi dans cette dualité. Tatania de Rosnay avance que l'ambivalence  est aussi la marque de caractère de D. du Maurier, née en 1907 à Londres.Dès ses jeunes années elle se désole de ne pas être un garçon, son père a fait d'elle son enfant préféré et il l'élève au coté de ses deux soeurs comme l'héritier de la famille. Daphné est la seule à se marier. Elle est très amoureuse de son mari, le major Browning, second du général Montgomery, et elle est aussi - tout comme Rebecca- sa seconde épouse et éprouve de la jalousie envers celle qui s'est jetée sous un train...

     

     

    En 1928, au cours d'une promenade dans une forêt de Cornouailles, elle découvre un vaste manoir gris, dévoré par le lierre, abandonné depuis 20 ans. le soir même elle confie à son journal "je suis complètement sous l'emprise de Menabilly." Cette maison va la hanter et en 1943 , après le succès rencontré par la publication de son livre Rebecca, et l'adaptation de celui ci au cinéma par Hitchcock avec Laurence Olivier et Joan Fontaine, elle achète ce manoir avec ses droits d'auteur. Elle réalise son rêve.

     Aujourd'hui ses fans y viennent en pèlerinage à la recherche de Rebeccca et Mme Danvers, la gouvernante.

     

     

    La nouvelle traduction du roman Rebecca est très moderne car la première traductrice ( Denise Van Moppès) avait sabré près d'un quart du livre !!! Les passages un peu coriaces avaient disparu. Tatiana de Rosnay qui avait lu le livre dans sa version originale a aussi constaté que certains passages dramatiques avaient été escamotés, notamment le moment clé du livre où jaillit la vérité sur Rebecca et ce qui s'est passé dans le cottage où elle recevait ses amants.La bienséance  sans doute.

     

     

     

    Joan Fontaine et Laurence Olivier - dans le film Rebecca 

    Rebecca est le premier film américain réalisé par Alfred Hitchcock, sorti en 1940. C'est l'adaptation du roman de Daphné du Maurier...Oscar du meilleur film - 1940.
     
     Bonne semaine à tous - Landrie.
     
     
     
     

    11 commentaires
  •  

     

    Ce livre écrit par Peter Wohllben a levé une partie du voile sur le mystère des arbres. . Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d'un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement "Bois Wide Web". 

     

     

     

     

    Les chercheurs on trouvé que certains arbres par exemple prévenus  du danger parviennent  à rendre leurs feuilles indigestes aux herbivores.


    La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l'ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.L'auteur affirme que ceux ci communiquent entre eux  et prennent soin les uns des autres. Ils émettent des bouquets de composés organiques  volatils  qui sont portés par le vent . ces massages peuvent servir à prévenir les autres  plantes d'un danger - insecte prédateur  ou champignon nocif par exemple.

     

     

     

    L'arbre a tendance a créer des colonies, il distribue les graines autour de lui et parvient ainsi à se reproduire.dans le m^me temps, ses racines grandissent et s'étendent autour de lui, permettant à ses descendants de pousser.Les arbres, s'ils se font concurrence pour atteindre la lumière vivent selon un fonctionnement collectif plutôt apaisé qui leur permet de partager  les ressources du sol, la lumière.... 

     

     

     

     

    Pour en savoir plus sur cette leçon de bonheur, allez ICI.

    Profitez de cette saison pour vous promener en forêt si vous en avez l'occasion.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique