•  

     

     

    Je viens de relire avec plaisir le roman de Charlotte Link : les roses de Guernesey.

    Résumé : Franca Palmer ne se sent plus le courage de supporter les exigences de son métier d'enseignante, et de son mari, du quotidien...
    Sur un coup de tête, elle décide de rompre avec tout ce qui, jusque-là, était sa vie. Elle choisit de se réfugier à Guernesey, où elle sait qu'elle trouvera cette chaleur qui lui manque tant auprès de la propriétaire de la roseraie du Variouf, un délicieux village du sud de l'île.
    Très vite, une amitié empreinte de pudeur et de réserve naît entre la jeune Allemande et son hôtesse, Béatrice Shaye, septuagénaire de fraîche date, qui partage sa vaste demeure avec Hélène Feldmann, de dix ans son aînée.

     


     

    Mais une aura de mystère plane sur la roseraie. Franca va bientôt découvrir que tous les indices semblent mener au passé des deux femmes, à l'époque où l'île était occupée par les troupes allemandes.
    Un roman palpitant qui raconte la vie de Béatrice Shaye, originaire des îles Anglo-Normandes, qui avait 14 ans lorsque les troupes d'occupation allemandes arrivèrent sur l'île. La population avait fui en majorité vers Londres, mais lors de la fuite elle a été séparée de ses parents qui sont partis sans elle.

     


     

    Alors, le commandant allemand ayant choisi la maison des parents de Béatrice pour s'y installer avec sa femme Hélène, Béatrice sera prise en charge par le couple allemand. Elle pourra rester 5 années dans sa maison, mais devra subir constamment l'agression de la part du commandant qui était un grand dépressif; sa dépression et son agressivité connaîtront un climat avec la défaite de l'armée allemande. En revanche elle aura des relations tout à fait particulières avec Hélène, l'épouse du commandant.

     

     

    Ce roman m'a fait penser très fort à un autre excellent roman, "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" des américaines Shaffer et Burrows qui se passe aussi à Guernesey.

    C'est le destin de plusieurs femmes qui nous est décrit à travers les pages tout en faisant une belle part au nazisme. 

    Et puisqu'il est question de roses, en voici quelques unes de mon jardin.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    J'ai retrouvé le Roman de Danielle Steel - Souvenir du Vietnam - dans ma bibliothèque et je l'ai relu avec beaucoup de plaisir.

    On n'aime ou pas Danielle Steel mais ce roman est une fresque profondément humaine avec, en toile de fond, l'histoire de la guerre du Vietnam.
    Toute jeune journaliste, Paxton Andrews se trouve précipitée dans le tourbillon de cette guerre qui marquera à jamais ceux qui, soldats ou envoyés spéciaux des médias, l'auront vécue. Pendant sept longues années de tourmente, la jeune femme écrira en direct du front une rubrique qui fera d'elle une vedette, avant de rentrer aux Etats-Unis et d'assister aux pourparlers de paix à Paris. Elle aura côtoyé entre-temps l'horreur quotidienne, le danger et la mort. 

    .Durant sept ans, jusqu'à la chute de Saïgon, elle va vivre au contact de l'horreur et de la mort, témoin au jour le jour d'une guerre atroce, qui a marqué pour leur vie tous ceux qui l'ont traversée. Un parcours jalonné également de rencontres avec des hommes qui chacun à leur manière l'aideront à s'accomplir. Le roman assurément le plus fort, le plus bouleversant de Danielle Steel, qui a voulu le dédier à ses quatre fils. 

     

     

    Roman - Souvenir du Vietnam.

    Bon week end pascal à tous.

     

     


    8 commentaires
  •  

     

    Je viens de lire d'un seul trait ce livre de Aurelie Valognes...Avec des chapitres courts aux titres attrayants Aurélie Valognes nous pousse à nous plonger dans son récit sans discontinuer avec amusement, et pour couronner le tout une couverture simple et joyeuse.

    La vie est mal faite : à 35 ans, on n'a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…
    Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose.
    Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari !
    Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage !


    Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien…
    Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ?
    Un cocktail explosif pour une comédie irrésistible et inspirante.

    Une vraie Saga familiale craquante d'amour, croquante de vie, et pétillante d'humour.
    Partir à la retraite n'est pas une chose aisé, c'est un nouveau départ dans la vie qui s'annonce et ce n'est pas l'avis de tout le monde  

     

    Bon week end à tous...

     


    9 commentaires
  •  

     

     

    Je viens de terminer le premier tome de  son dernier roman, la symphonie du hasard. ..

    À New York, dans un bureau, une éditrice lit un manuscrit. Une œuvre qui la trouble et qui va la replonger dans son passé et celui de sa famille. Sur le papier, une famille comme tant d’autres au pays de l’Oncle Sam, un bonheur propret, une vie plutôt confortable. Et pourtant… Aux années soixante insouciantes vont succéder les années soixante-dix tumultueuses. Et faire exploser au passage toutes ces familles qui croyaient encore au rêve américain…

    Alice en est un exemple typique. Cette éditrice new-yorkaise, qui rend visite à son frère en prison, reçoit des confidences qui l'entrainent dans un flash back des années 70, ses années de fac, encombrées de la quête de soi, de la charge d'une famille aussi ordinaire que conflictuelle, avec des secrets et des trahisons qui ne demandent qu'à émerger pour troubler l'équilibre apparent d'un photo instantanée.
    On adhère sans difficulté, avec quand même parfois un admiration dubitative sur la mémoire phénoménale de cette femme qui se souvient de détails du quotidien comme si les événements s'étaient déroulés la veille.  

    Les années 70 à New-York étaient teintés des échos de la révolution pacifique californienne. Les années de la revendication d'une tolérance universelle pour les choix de vie, n'avaient pas encore libéré totalement les esprits. Homosexualité, libération sexuelle, racisme, la jeunesse avait fort à faire pour s'affranchir des conceptions traditionnelles d'avant mai 68. 
    Un bon début, prometteur, et conduisant sans arrière pensée à se plonger dans le deuxième tome de la trilogie. 

     

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     


    8 commentaires
  • Un roman - Joanna Trollope.

     

    Les vendredis d'Eléanor.

     

    Eleanor, femme de 70 ans aux cheveux blancs bouclés, marchant avec une canne propose à deux jeunes femmes, voisines, de venir vendredi soir chez elle, afin de partager un moment ensemble, avec leurs enfants.
    Paula, mère d'une jeune garçon mais vivant sans homme, Lindsay, veuve avec un bébé, hésitent mais acceptent. Peu à peu elles seront rejointes par Blaise, working girl célibataire associée à Karen (mariée à Lucas et maman de deux petites filles), et Jules (oui Jules) soeur de Lindsay, DJ et SDF par vocation.


    Tout ce petit monde va partager, s'aider, se comprendre, se disputer, mais s'aimer malgré tout jusqu'à l'arrivée d'un homme Jackson qui va faire éclater cette bulle et être le révélateur de toutes les acteurs de ces rencontres hebdomadaires.


    Ecriture rapide, efficace, on baigne parmi toutes ces femmes anglaises, passionnées, débordées, aimantes, frustrées, pleines d'espoirs, de rêves, d'illusions et dont Eleanor sera avec Jackson les révélateurs. Eleanor verra aussi sa vie chamboulée et se remettra en question sur sa façon de vivre sa retraite après une vie professionnelle très active.

    Un moment radieux autour d'une tasse de thé en compagnie de Jaonna Trollope et de ses "amies" : un style enivrant qui emporte...Un livre plaisant à lire pour se détendre... 

     

    Un roman - Joanna Trollope.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique