•  

     

     

    Je viens de relire ce roman de Françoise Bourdin - Au nom du père .

    Dans la famille Larcher, les enfants sont adultes mais tous gardent le même plaisir à se retrouver autour d'une grande tablée. Dan et Valentine ont hérité du virus de la course de leur père, Gabriel, ancien champion automobile, au grand dam d'Albane, leur mère. 

    Nicolas en revanche a depuis longtemps tourné le dos à ce lourd héritage. Pour chacun d'entre eux, la vie s'offre sous un nouveau jour : auront-ils le courage de se lancer dans ces défis professionnels et amoureux ? Gabriel laissera-t-il ses enfants prendre leur envol ?

     

    Un patriarche à la personnalité écrasante dont l'épouse se console avec un jeune amant, des enfants privés de la bienveillance paternelle pour s'épanouir dans leurs vies sentimentales et professionnelles, la famille Larcher connait tous les tourments d'une famille dysfonctionnelle à la mode solognote. 

     Une réussite pour une littérature facile à lire,   qui a semble-t-il de nombreux adeptes - probablement due à la qualité de l'écriture de l'auteur., sans prise de tête et qui me fait oublier les moments agités et  difficiles que nous vivons en ce moment. 

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     Auto portrait du peintre..

     

     James Abbott McNeill Whistler est né le 10 juillet 1834 à Lowell, dans le Massachusetts, au nord-est des États-Unis

    En 1842, son père, ingénieur, est employé au chemin de fer à Saint-Pétersbourg, dans l'empire russe. Là, le jeune Whistler s'inscrit à l'Académie impériale des beaux-arts et apprend le français.  Le jeune garçon s'installe à Londres en 1848, mais après la mort de son père en 1849, Whistler et sa mère reviennent à Pomfret, dans le Connecticut. Il entre à l'école locale pour ensuite s'inscrire en 1851 à l'Académie militaire de West Point, où son père avait autrefois appris le dessin et la cartographie. Il échoue à l'examen de chimie, comme il s'est lui-même exprimé plus tard : « Si le silicium avait été un gaz, j'aurais été un jour général. » Il en est renvoyé en 1854.

     

     

    Symphonie en blanc - 1862.

     

     

    Plage de Battersea - 1863.

     

     

    En 1855, il part étudier la peinture à Paris, après avoir hérité d'une petite somme d'argent. En 1856, il s'inscrit à l'atelier de Charles Gleyre, alors atelier le plus célèbre après celui de Thomas Couture, où il côtoie George du Maurier. D'autres élèves préparent le concours d'entrée à l'École des beaux-arts : MonetRenoirSisley et Bazille.

    Volontiers plus dandy que bohème, il fait l'objet de caricatures.  Il se lie d'amitié avec Alphonse Legros et Henri Fantin-Latour. Ils décident de faire carrière et fondent la Société des Trois.

     

     

     

    L'artiste dans son atelier - 1865.

     

     

     

    Portrait de lady Meux - 1881.

     

     

     

     

     

    En 1859, il arrive à Londres où il passe une longue partie de sa vie. Il se présente comme un aristocrate sudiste ruiné, bien que sa sympathie envers les sudistes pendant la Guerre civile américaine ne soit pas démontrée.

    En 1863Napoléon III fait ouvrir le Salon des Refusés dans un coin du Palais de l'Industrie. Deux tableaux font sensation : Le Déjeuner sur l'herbe de Manet et La Dame en blanc de Whistler, œuvre refusée l'année précédente à la Royal Academy de Londres.

    ..

     

    Femme en noir - 1871. Musée d'Orsay.

     

    Whistler a été mondialement reconnu de son vivant. En 1884, il est élu membre d'honneur de l'Académie royale des beaux-arts de Munich. En 1892, il est fait officier de la Légion d'honneur en France et il est devenu membre fondateur et premier président de la Société internationale des sculpteurs, peintres et graveurs  en 1898.

    Il est souvent admis qu'il a été l'un des modèles d'un personnage important d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust : le peintre Elstir.

     

    En 1892, il revient à Paris et s'installe dans l'atelier d'Antonio de La Gandara pour terminer son portrait en cours du comte Robert de Montesquiou. Pour le remercier, Whistler lui offre un meuble palette identique au sien.

    Whistler meurt le 17 juillet 1903 et est enterré à l'église St Nicholas dans le quartier de Chiswick, à Londres.

     

    Pour en savoir plus allez ICI.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Roman - Une vie si convenable..

     

    Je me suis replongée dans le roman de Ruth Rendell : Une vie si convenable, que j'ai déjà lu il y a quelques années.

     

    Grace et Andrew, frère et sœur, se sont toujours bien entendus. Lorsqu'ils héritent de la maison de leur grand-mère, il leur paraît naturel d'y emménager ensemble. Mais quand le compagnon d'Andrew s'installe à son tour, la vie dans la maison tourne au conflit. 

    Pour échapper aux tensions, Grace, l'universitaire, se plonge dans un manuscrit du début du XXe siècle, jamais publié en raison de ses thèmes « subversifs ». 

    Grace, tout en enseignant dans une université, travaille sur une thèse : "les mères célibataires", trouvant les matériaux nécessaires à ses recherches dans la littérature anglaise. Andrew, quant à lui, travaille dans une maison d'édition et installe rapidement son amant, James, dans la maison de mamy. Il n'est pas nécessaire d'en dire davantage sur cette époque contemporaine, bien que Ruth Rendell y ait tricoté d'emblée une puissante intrigue entre les trois protagonistes, Andrew, Grace et James, qui aurait pu, à elle seule constituer un roman exceptionnel, si l'auteur n'avait pas décidé de ne lui dédier que 9 chapitres, avant d'y revenir brièvement à la fin du roman.

    Dans un roman d'une intelligence et d'une culture éblouissantes, Ruth Rendell dresse le constat historiquement étayé, accablant, du sort inhumain qui était réservé au début du siècle, aux mères de bâtards, enfants illégitimes.  

    Dans ce roman, comme dans les précédents, nous retrouvons une romancière engagée dans la lutte contre l'illétrisme , une femme qui défend activement les droits des femmes et des enfants. L'écriture de Ruth Rendell à la fois élégante et classique, son vocabulaire précis et riche sans être pédant servent son aptitude à analyser la plus infime des émotions ressenties par ses personnages.  

     

    Bon week end à tous.

     


    8 commentaires
  •  

     

    Paul Signac, né à Paris le 11 novembre 1863, où il meurt le 15 août 1935, est un artiste peintre paysagiste français, proche du mouvement libertaire, qui donna naissance au pointillisme, avec le peintre Seurat. Il a aussi mis au point la technique du divisionnisme. Cofondateur avec Seurat de la Société des artistes indépendants dont il fut président, il est ami avec Victor Dupont, peintre fauve et vice-président du Salon.

    Il commence à peindre en 1882 à Montmartre  où il rencontre le père Tanguy), dans l'atelier de la rue Constance et se perfectionne seul sous l'influence des impressionnistes. Il se lie d'amitié avec les écrivains symbolistes, demande des conseils à Monet qui accepte de le rencontrer et dont il restera l'ami jusqu'à la mort du maître. Le jeune Signac participe au premier Salon des indépendants en 1884 avec deux toiles -   Il rencontre Georges Seurat qui expose Une baignade en 1884 à Asnières. Une constante de sa vie est le besoin d'évasion. 

     

    Le clocher de saint Tropez - 1896.

     

     

    Capo di Noli - 1898.

     

     

    La calanque - 1906.

     

    Signac travaille avec Seurat et Pissarro, avec qui il va former le groupe des « impressionnistes dits scientifiques ». Il se convertit très vite à la pratique de la division scientifique du ton. La technique empirique du pointillisme consiste à diviser les tons en de toutes petites taches de couleurs pures, serrées les unes contre les autres, afin que l’œil du spectateur, en les recomposant, perçoive une unité de ton. Signac et les néo-impressionnistes pensent que cette division des tons assure d'abord tous les bénéfices de la coloration : le mélange optique des pigments uniquement purs permet de retrouver toutes les teintes du prisme et tous leurs tons. La séparation des divers éléments (couleur locale, couleur d'éclairage et leurs réactions) est aussi assurée, ainsi que l'équilibre de ces éléments et leur proportion, selon les lois du contraste, de la dégradation et de l'irridiation. Enfin, le peintre devra choisir une touche proportionnée à la dimension du tableau 

     

     

    Le grand canal à Venise - 1905.

     

    Les Andelys - chateau Gaillard - 1921.

     

    Arles - la maison jaune où résida Van Gohh - 1933.

     

    Il est nommé peintre officiel de la Marine en 1915. À partir de 1913, il séjourne régulièrement à Antibes avec sa seconde épouse qui est peintre également. En 1915 leur naît une fille, Ginette. Cette période est troublée pour Signac, car il vit très douloureusement la Première Guerre mondiale.

    En 1929, il commence une série d’aquarelles des ports de France. Ce projet l’oblige à visiter de nombreuses régions côtières. En 1930, il loue une maison de pêcheur à Barfleur, dans la rue Saint-Nicolas.

     

    Il meurt en 1935, à l'âge de 71 ans, d'une longue maladie. Il repose au cimetière du Père-Lachaise, division 67.

    Pour en savoir plus allez ICI.

     

     


    13 commentaires
  •  

    Pensées positives.

     

     

    Ne pas imposer sa vision du monde.

     

    Inutile de vouloir faire changer les gens "pour leur bien". En procédant ainsi, c'est notre vision du monde que l'on cherche à imposer.

    Pour prétendre faire le bonheur de quelqu'un, il faut avant toute chose l'accepter tel qu'il est.

    On peut faire des concessions, et ce n'est pas perdre la face devant l'autre...Tant pis si l'autre campe sur ses positions.

    On n'est pas plus faible quand on cède mais plus sage.

     

    Pensées positives.

    Extraits de Petite philosophie de la paix intérieure.

    Catherine Rambert.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires