• L'inconnu de Port Belon.

     

    Je viens de terminer le roman de Jean Luc Bannalec " l'inconnu de Port Bélon,"

    Cette cité  perle de Bretagne, célèbre dans le monde entier pour ses huîtres... Et théâtre de nouveaux mystères pour le commissaire Dupin appelé à la rescousse après la découverte d'un corps, inerte, ensanglanté. Aussitôt signalé, celui-ci a disparu. Volatilisé ? Dans les monts d'Arrée, on trouve un second cadavre Il s'agirait d'un Ecossais, modeste pêcheur et saisonnier dans les parcs à huîtres. Sur son bras gauche était gravé le Tribann, symbole d'une association druidique...


    De l'Ecosse aux monts d'Arrée jusqu'à Port Bélon, y a-t-il un lien entre les deux affaires ? Pour le découvrir, Dupin plonge en eaux troubles au cœur du milieu, très concurrentiel, des ostréiculteurs... 

     

     Un bon policier, quelques pages intéressantes sur la culture celte et les gardiens de ces traditions vieilles de plusieurs siècles, l'envie d'aller goûter quelques fruits de mer au bord d'un fleuve salé, du suspense, un roman qui dépayse à coup sur... 

     

    Bonne fin de semaine à tous.

     

    L'inconnu de Port Belon.

     


    11 commentaires
  •  

     

    Paul Cézanne, né le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence et mort le 22 octobre 1906 dans la même ville, est un peintre français, membre, un temps, du mouvement impressionniste, et considéré comme le précurseur du post-impressionnisme et du cubisme

    En 1861, il s'installe à Paris, malgré l'avis défavorable de son professeur de dessin. Ayant échoué au concours d'entrée de l'École des beaux-arts, en raison d'un tempérament coloriste jugé excessif18, il revient à Aix travailler dans la banque paternelle. En 1862, il retourne à Paris, assisté par le peintre Chautard, un Aixois, qui lui corrige ses études à l'académie de Charles Suisse et alors qu'il est soutenu dans sa vocation par Zola. Il habite chez la mère de Zola. En 1863, il est inscrit, comme copiste, au Louvre. 

     

    En 1876, Cézanne travaille dans le Midi, en particulier à L'Estaque, où il peint des tableaux pour Chocquet. S'il n'a présenté aucun tableau à la deuxième exposition impressionniste, il montre seize œuvres en 1877 à la troisième manifestation. À Paris, il peint un de ses chefs-d'œuvre : Madame Cézanne à la robe bleue, avec une harmonie de tons bleus, verts et bleu-vert. Cézanne s'habille en ouvrier, cotte bleue et veste de toile blanche couverte de taches de peinture et participe aux soirées de Nina de Villard. Là, il rencontre MallarméManetVerlaine

     

    La maison du pendu - Auvers sur Oise - 1873.

     

    Madame Cezanne - 1877.

     

    En 1878, le manque d'argent se fait sentir, son fils est malade et la pension que verse son père ne suffit pas, aussi Zola envoie de l'argent. Son père découvre en lisant le courrier de son fils l'existence d'Hortense et de son petit-fils, il augmente son aide suivant les conseils du docteur Gachet dont il est l'ami depuis 1858. 

     

    Nature morte - 1877.

     

    Le jas de  Bouffan - 1878.

     

    Compotier, verre et pommes - 1880.

     

    Cézanne développe et met au point sa méthode de travail, essentiellement sur le motif, dessiner par une succession de traits et de lignes disjointes qui décrivent géométriquement les objets ou le paysage en plans successifs suivant la perspective aérienne. La précision de la dégradation des couleurs par touches juxtaposées considérant l'ombre comme une couleur, généralement du bleu, accentue le clair-obscur. Le tout en prenant un soin méticuleux à la touche et à sa qualité.

    À partir de 1881, son père lui fait construire un atelier au Jas-de-Bouffan. En 1882, Cézanne est admis au Salon, se déclarant élève d'Antoine Guillemet.

     

     

    Les joueurs de cartes - 1892.

     

    La montagne sainte Victoire -  1902.

     

    Le 15 octobre 1906, alors qu'il peint sur le motif, dans le massif de la Sainte-Victoire, un violent orage s'abat. Cézanne a un malaise et reste de longues heures sous la pluie. Il est ramené dans la charrette d'un blanchisseur chez lui, 23, rue Boulegon, à Aix. Le lendemain, il va travailler à son atelier ; trop fatigué, il s'installe le jour suivant pour peindre dans son appartement. Il y meurt le 23 octobre, emporté par une pneumonie. 

     

    Vase bleu - 1885.

    Pour en savoir plus allez ICI

     

    Bon week end à tous.

    LANDRIE.

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    La maison des soeurs - C.Link

     

     

    Pour tenter de sauver son couple, Barbara part passer Noël avec son mari dans le nord de l'Angleterre dans une petite maison isolée. Victimes d'une tempête de neige, ils sont prisonniers de leur habitation, sans chauffage, sans électricité et sans vivres. Barbara découvre alors, caché sous une latte de parquet, un manuscrit dans lequel elle se plonge.
    C'est l'histoire à peine romancée de la vie de l'ancienne propriétaire des lieux, Frances Gray. Une histoire faite de souffrances, de drames, de trahisons, et qui révèle un terrible secret. Qui aujourd'hui encore pourrait s'avérer dangereux...

     

    On assiste à la fois à l'histoire de Barbara et de Ralph, entremêlée avec l'histoire de Frances Gray, qui a eu une vie plus que mouvementée, entre son combat avec les suffragettes et les deux guerres mondiales qui auront bouleversé sa vie, on se retrouve avec en main un livre entre roman historique et saga familiale.

    J'ai beaucoup aimé cette lecture, bien écrite et palpitante, on 'a pas envie de lâcher le livre.... on ne s'ennuie pas.  Dans tous les cas, les personnages sont attachants, profonds et très bien mis en valeur. On plonge littéralement dans l'histoire et on a envie d'en savoir toujours plus sur ce qui va arriver à ces gens dont petit à petit on apprend à connaître la vie.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

    La maison des soeurs - C.Link

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     

     

    Carl Vilhem Holsøe, né le 12 mars 1863 à Aarhus et mort à Asserbo le 7 novembre 1935, était un peintre danois, principalement connu pour ses intérieurs.

    Fils d'un célèbre architecte (Niels Peter Christian Holsøe, 1826-1895), il étudie dès 1882 à l’Académie des Beaux-Arts de Copenhague et suit à partir de 1884 le cours des Ateliers libres de Peder Severin Krøyer (1851-1909) célèbre peintre du groupe de Skagen. Carl Holsøe fréquente Peter Ilsted (1861-1933) et Vilhelm Hammershøi (1864-1916) avec qui il formera l’élite de la peinture danoise de cette fin de xixe siècle. Exposant en marge du Salon officiel de Charlottenborg, les trois peintres, membres du groupe Den Frie Udstillung, deviendront les maîtres de la peinture d’intérieur.

     

     

    Leurs toiles seront le brillant prolongement du travail des maîtres hollandais du xviie siècle qu’ils admirent et notamment de Johannes Vermeer (1632-1675) alors redécouvert. Carl Holsøe adopte ce genre pictural dès 1886 et rencontre un succès rapide tant au Danemark qu’en Suède. Il exposera continuellement pendant trente ans à Charlottenborg recevant pas moins de trente-trois distinctions dont la fameuse médaille Eckersberg de l’Académie Royale des Beaux-Arts du Danemark. 

     

     

    Les scènes peintes par Carl Holsøe, souvent rapprochées de celles d'Hammershøi, baignent dans une lumière douce reflétée dans les vernis, l’argent ou le verre d’intérieurs bourgeois. Vêtue d’une robe sombre ou pâle, une femme au visage indistinct coud ou lit le dos légèrement voûté. Des enfants, également, des portes-fenêtres ouvertes, des commodes en acajou, des bouquets discrets, des chaises en bois forment quelques-uns des éléments affectionnés d'un répertoire aussi fixe que répété, redistribué, exploité différemment d'une toile à l'autre.

     

     

     

     Dans ses tableaux, on s'y sent plutôt, comme souvent chez Chardin, une vie des meubles, des sols, des tapisseries, des rideaux, des assiettes, une vie c'est-à-dire un usage, une vieillesse, un attendrissement pour eux, et Carl Holsøe paraît avoir compris ou accepté que cette note prosaïque, cette complexité de détails, si elle l'éloignait de la musicalité d'un intérieur entièrement repensé, en tout cas décharné, donnait pourtant à ses tableaux les preuves d'une grande sincérité.

     

     

     

     

     Pour en savoir plus, allez ICI

    je vous souhaite un excellent week end ensoleillé. 

    Landrie.

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

    Par une belle journée d’aout, sur la côte sud du Pays de Galles, Matthew Willard revient avec son chien sur le parking, perdu au milieu des champs, où sa femme l’attend.
    Si la voiture est toujours là, Vanessa, elle, a disparu. Sans laisser de traces. Convaincu qu’elle n’est pas partie de son plein gré, Matthew ne peut imaginer la terrible vérité : Vanessa a été enlevée, enfermée dans une malle et cachée dans une grotte, avec de l’eau et de la nourriture pour une semaine.
    Son ravisseur, Ryan Lee, a déjà plusieurs fois été condamné pour des délits mineurs. Son passé de petite frappe le rattrape au plus mauvais moment. Il est mis en détention et écope de quatre ans de prison. Kidnappée pour faire l’objet d’une rançon qui aurait permis à Ryan de rembourser 20 000 £, Vanessa est abandonnée à son triste sort…
    Près de trois ans plus tard, l’histoire semble se répéter. Une autre femme disparaît dans des circonstances mystérieuses. La police n’a aucune piste.
    Ryan, récemment libéré, n’a jamais révélé son terrible secret. Mais cette fois-ci, il semble que ce soit dans son entourage que sont choisies les victimes…

     

     

     La fin est excellente ! L'intrigue est bien menée, bien ficelée et l'ensemble est juste et efficace. 
    J'ai découvert Charlotte Link il y a quelques années déjà,  j'ai aimé sa plume et je n'hésiterai pas à la lire à nouveau. 
    En bref, une très chouette lecture bourrée de suspense, oppressante et troublante. Un livre que je ne peux que vous conseiller si vous aimez ce genre d'histoire. 

    Bonne fin de semaine à tous.

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires