•  

     

     

     

    Je viens de terminer ce roman de Charlotte Link : Une fille en cavale.

    Simon, allemand de Hambourg, quarante ans, fraîchement divorcé, deux enfants, traducteur, est en vacances dans le sud de la France, au bord de la mer dans la maison de son père.
    Il fait laid, il pleut, à quelques jours de Noël, les fêtes s'annoncent tristes pour lui. Il n'aura certainement pas ses enfants et sa nouvelle presque compagne Kristina refuse de le suivre car il ne lui a pas encore présenté ses enfants.
    Le long de la plage, il voit une jeune femme seule, désemparée et lui propose de lui offrir un repas.
    Elle semble terrorisée , a perdu ses papiers et ne veut pas s'adresser à la police.


    Simon va l'héberger et rentrer dans un engrenage infernal rondement mené et admirablement structuré par Charlotte Link qui nous emmènera dans le passé sordide de Nathalie à Metz, dans les mésaventures de son petit ami, Jérôme.
    Avec  Jérôme nous serons embarqués en Bulgarie où des familles extrêmement pauvres croient envoyer leurs filles vers le mannequinat à Rome.
    Toute cette histoire se déroulera sur 6 jours et comptera son lot de victimes...


    L'auteure structure son récit à merveille, sans grande surprise mais elle a le mérite de faire sortir une réalité qui est plus proche de la nôtre car les Allemands comme notre auteure connaissent mieux les difficultés des gens de l'Est que nous qui vivons plus éloignés.

    Comme toujours dans les romans de Charlotte Link, les histoires sont de bonnes qualité, un thriller à lire très vite...

    Bon week end à tous...

     

     


    5 commentaires
  •  

     

    Les pêcheurs de coquillages.

     

     

    Je viens de relire ce roman de Rosamund Pilcher. Un très beau portrait de femme, digne septuagénaire, qui revient sur une vie riche et trépidante, de sa jeunesse dans les années trente à nos jours. 

     

    Les pêcheurs de coquillages. " Tel est le titre d'un tableau de Lawrence Stern, peintre victorien, dont a hérité sa fille Pénélope Keeling. Au crépuscule de sa vie, celle-ci s'est retirée dans son cottage. Bientôt l'œuvre, dont la cote ne cesse de monter, va perturber sa retraite paisible en suscitant la convoitise de certains de ses proches. Témoin des affrontements qui opposent ses trois enfants, Olivia, Nancy et Noël, Pénélope découvre le vrai visage de ses trois enfants. Ce regain d'intérêt pour le tableau provoque aussi chez elle un retour sur son passe : sa jeunesse bohème, sa rencontre avec Ambroise, son futur mari, puis avec Richard... La vie de la digne vieille dame révèle alors petit à petit des secrets insoupçonnés. Le portrait d'une femme de cœur, superbe, inoubliable.

     

     

    Les pêcheurs de coquillages.

     

    Rosamund Pilcher sait décrire avec finesse ses personnages et nous laisse voir leurs faiblesses et leurs petits travers.
    Elle nous emmène dans une atmosphère douce et chaleureuse aux côtés de Pénélope qui vit dans un petit cottage anglais et nous dévoile avec nostalgie et pudeur des pans de son passé, inconnu de ses enfants.
    Nous découvrons également le quotidien plus mondain de ses enfants, qu'ils soient avides de notoriété, d'argent ou simplement désireux de profiter des petits plaisirs de la vie.
    J'aime ces romans qui font du bien, qui regorgent de bons sentiments sans être trop naïfs ni dégoulinants de guimauve pour autant.
    Les descriptions des toiles du père de Pénélope sont remarquables, on a  vraiment l'impression de les voir et de comprendre l'émotion ressentie par cette femme à chaque fois qu'elle les contemplait. 

     

     

    Bonne fin de semaine à tous.

    Landrie.

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     

    Je viens de relire ce roman de Françoise Bourdin - Au nom du père .

    Dans la famille Larcher, les enfants sont adultes mais tous gardent le même plaisir à se retrouver autour d'une grande tablée. Dan et Valentine ont hérité du virus de la course de leur père, Gabriel, ancien champion automobile, au grand dam d'Albane, leur mère. 

    Nicolas en revanche a depuis longtemps tourné le dos à ce lourd héritage. Pour chacun d'entre eux, la vie s'offre sous un nouveau jour : auront-ils le courage de se lancer dans ces défis professionnels et amoureux ? Gabriel laissera-t-il ses enfants prendre leur envol ?

     

    Un patriarche à la personnalité écrasante dont l'épouse se console avec un jeune amant, des enfants privés de la bienveillance paternelle pour s'épanouir dans leurs vies sentimentales et professionnelles, la famille Larcher connait tous les tourments d'une famille dysfonctionnelle à la mode solognote. 

     Une réussite pour une littérature facile à lire,   qui a semble-t-il de nombreux adeptes - probablement due à la qualité de l'écriture de l'auteur., sans prise de tête et qui me fait oublier les moments agités et  difficiles que nous vivons en ce moment. 

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  • Roman - Une vie si convenable..

     

    Je me suis replongée dans le roman de Ruth Rendell : Une vie si convenable, que j'ai déjà lu il y a quelques années.

     

    Grace et Andrew, frère et sœur, se sont toujours bien entendus. Lorsqu'ils héritent de la maison de leur grand-mère, il leur paraît naturel d'y emménager ensemble. Mais quand le compagnon d'Andrew s'installe à son tour, la vie dans la maison tourne au conflit. 

    Pour échapper aux tensions, Grace, l'universitaire, se plonge dans un manuscrit du début du XXe siècle, jamais publié en raison de ses thèmes « subversifs ». 

    Grace, tout en enseignant dans une université, travaille sur une thèse : "les mères célibataires", trouvant les matériaux nécessaires à ses recherches dans la littérature anglaise. Andrew, quant à lui, travaille dans une maison d'édition et installe rapidement son amant, James, dans la maison de mamy. Il n'est pas nécessaire d'en dire davantage sur cette époque contemporaine, bien que Ruth Rendell y ait tricoté d'emblée une puissante intrigue entre les trois protagonistes, Andrew, Grace et James, qui aurait pu, à elle seule constituer un roman exceptionnel, si l'auteur n'avait pas décidé de ne lui dédier que 9 chapitres, avant d'y revenir brièvement à la fin du roman.

    Dans un roman d'une intelligence et d'une culture éblouissantes, Ruth Rendell dresse le constat historiquement étayé, accablant, du sort inhumain qui était réservé au début du siècle, aux mères de bâtards, enfants illégitimes.  

    Dans ce roman, comme dans les précédents, nous retrouvons une romancière engagée dans la lutte contre l'illétrisme , une femme qui défend activement les droits des femmes et des enfants. L'écriture de Ruth Rendell à la fois élégante et classique, son vocabulaire précis et riche sans être pédant servent son aptitude à analyser la plus infime des émotions ressenties par ses personnages.  

     

    Bon week end à tous.

     


    8 commentaires
  •  

     

     

    Voici le deuxième roman d'Elizabeth George que je relis..
    On s'attache facilement à ses personnages parce qu'elle leur donne corps et vie. Elle les décrit parfaitement et nous fait découvrir ce qui les motive, ce qui les guide ou ce qui les obsède. Et ceci est valable pour tous les personnages, les héros comme les rôles secondaires. de plus, nous visitons l'Angleterre, ses régions, ses villages, nous observons le quotidien de la population et ses rituels et découvrons la religion anglicane et ses ramifications...

    On s'attache a ces personnages auxquels elle donne vie..elle les décrit parfaitement et nous fait découvrir ce qui les motive...

    Cette fois ci avec "Mal d'enfant", le décor est planté dans le Lancashire, berceau de la sorcellerie en Angleterre et plus exactement dans le petit village de Winslough. Un petit village bien paisible dans lequel vont se marier Brendan Power et Rebecca Townley..Mais l'heure avance et le pasteur ne se présente  pas à l'église...la colère et l'impatience montent..

     

    Et roulement de tambour, rien ne va plus, le pasteur est retrouvé mort. Après une enquête un peu trop rapide de la part de la police locale, la mort serait due à un empoisonnement accidentel. Saint-James, légiste et ami du fameux inspecteur Linley de Scotland Yard, présent sur les lieux, n'en croit pas un mot et signale à son ami cette mort suspecte. Tous deux vont alors se mettre en quête du meurtrier, car pour eux il n'y a aucun doute là-dessus, et du véritable mobile...

    Une histoire qui se lit facilement d'autant que l'inspecteur Linley est accompagné par le pétulante Barbara Havers, sergent de son état...Les enfants sont au coeur de cette histoire, que ce soit ceux qu'on n'arrive pas à avoir, ceux qu'on a perdus, ceux qui sont là et qui causent de petits et gros soucis….

    Un roman à lire bien emmitouflé sous une couette, devant une cheminée qui flambe, un chocolat chaud à portée de main, car l'ambiance est sombre, froide, humide, voire glacée, tout comme le moral de plusieurs des protagonistes.

     

     

    Bonne fin de semaine à tous...

     

     


      


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique