•  

     

    Ce livre écrit par Peter Wohllben a levé une partie du voile sur le mystère des arbres. . Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d'un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement "Bois Wide Web". 

     

     

     

     

    Les chercheurs on trouvé que certains arbres par exemple prévenus  du danger parviennent  à rendre leurs feuilles indigestes aux herbivores.


    La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l'ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.L'auteur affirme que ceux ci communiquent entre eux  et prennent soin les uns des autres. Ils émettent des bouquets de composés organiques  volatils  qui sont portés par le vent . ces massages peuvent servir à prévenir les autres  plantes d'un danger - insecte prédateur  ou champignon nocif par exemple.

     

     

     

    L'arbre a tendance a créer des colonies, il distribue les graines autour de lui et parvient ainsi à se reproduire.dans le m^me temps, ses racines grandissent et s'étendent autour de lui, permettant à ses descendants de pousser.Les arbres, s'ils se font concurrence pour atteindre la lumière vivent selon un fonctionnement collectif plutôt apaisé qui leur permet de partager  les ressources du sol, la lumière.... 

     

     

     

     

    Pour en savoir plus sur cette leçon de bonheur, allez ICI.

    Profitez de cette saison pour vous promener en forêt si vous en avez l'occasion.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     

    Personnes disparues...Roman policier.

     

    Je viens de relire ce roman à suspense...

    Résumé : Non loin de New York, Justin, six mois, et sa baby-sitter Rebecca, quinze ans, disparaissent. Pas de demande de rançon. Aucune trace. Les raisons de cette disparition restent inexpliquées. Fugue? Acte d'une femme en mal d'enfant'? Crime d'un pervers sexuel? Les hypothèses ne manquent pas.

    Les soupçons du chef de la police locale se portent bientôt sur Ellen Henson. Souffrant d'une dépression due à la mort prématurée de son fils en bas âge, elle pourrait bien avoir agi sous le coup du désespoir. Quant à Doug Blake, professeur de lycée déjà jugé pour harcèlement sexuel sur la personne d'une mineure, il fait un suspect idéal. Mais est-il vraiment coupable ? Dans la petite Ville la tension monte, l'angoisse gagne du terrain, tandis que la mort qui rôde guette patiemment sa prochaine proie…

     

    Personnes disparues...Roman policier.



    Avec ce septième roman publié en « Spécial Suspense », Patricia MacDonald, l'auteur d'Expiation et d'Une femme sous surveillance s'installe en tête de liste des plus grands auteurs du genre. Maîtrisant à merveille l'art subtil de faire naître l'angoisse au cœur même du quotidien,  jusqu'au dénouement final, la  reine du Suspense impose son style bien personnel...

     

     

    Personnes disparues...Roman policier.

     

    L'auteur utilise le pretexte de l'enlèvement pour montrer aux lecteurs la souffrance psychologique que peuvent endurer les femmes dans diverses situations. La souffrance d'une femme qui a perdu un enfant ou celle d'une femme qui ne peut rien faire contre l'enlèvement de son bébé,  celle d'une femme voyant son couple explosé et  qui n'a jamais été aimée.


    Mensonges, infidélité, pédophilie, kidnapping et folie névrotique, tous ces vices sont les sujets de ce roman qui feront beaucoup de victimes à la fin de l' histoire...à lire aussi pour son coté psychologique.

     

     

    Peintures de Candice Ferguson

    Bonne semaine mes ami(e)s.

    LANDRIE.

     

     

     


    17 commentaires
  •  

     Gustav Klimt, né le 14 juillet 1862 à Baumgarten près de Vienne, mort le 6 février 1918 à Vienne,

    est un peintre symboliste autrichien,

    et l'un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau et de la Sécession de Vienne.

    Les années 1902-1903 constituent un tournant dans l'oeuvre de Klimt, et une période d'intense créativité .

    Il entame la réalisation de son "Cycle d'Or" avec le "Portrait d'Adele Bloch-Bauer",en 1908

    Voir   ci dessous.

     

     

     

    Le  Film " La femme au tableau"( réalisation en 2015 : Simon Curtis.) retrace l'histoire de ce tableau -

    Maria Altmann, ( incarné par la magnifique Helen Mirren) une septuagénaire excentrique  confie à un jeune avocat une mission des plus sidérantes : l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille ...

     

     

    D’abord sceptique, le jeune avocat se laisse convaincre par cette attachante vieille dame tandis que celle-ci lui raconte sa jeunesse tourmentée, l’invasion nazi, la spoliation des tableaux de sa famille, jusqu’à sa fuite aux Etats-Unis. Mais l’Autriche n’entend évidemment pas rendre la "Joconde autrichienne" à sa propriétaire légitime… Faute de recours, ils décident d’intenter un procès au gouvernement autrichien pour faire valoir leur droit et prendre une revanche sur l’Histoire...à voir...

    Le tableau se trouve exposé au Muséum de New York.

     

    Autres peintures de Gustav Klimt :

     

     

    Portrait d'Emilie Flöge - 1902

     

    Il prend pour compagne Emilie Flöge, et à  partir de 1897, Klimt commence à passer ses étés avec Emilie Flöge dans le Kammer et la région de l'Attersee, où il peint ses premiers paysages.

     

     

     

     

     

    Champs de coquelicots...1907

     

     

     

     

    La femme à l'éventail - 1917.

     

    Gustav Klimt décède en 1918 à Vienne.

    Il est enterré dans cette même ville au cimetière Hietzing à Vienne.

    Il laisse de nombreuses toiles inachevées.

     

     Pour en savoir plus, allez ICI.
    Bonne journée à toutes et tous.
     
     

    La femme au tableau.


    19 commentaires
  •  

    Je viens de terminer le roman de Jean Luc Bannalec :

    Un étrange printemps aux Glénan.

     

     
    Les Glénan, au large du Finistère. Comment croire que dans cet archipel paradisiaque,
    où la mer est bleu lagon, on découvrirait en ce matin de mai trois cadavres,
    échoués sur le rivage ?
    A-t-on affaire à un naufrage dû à la tempête de la veille ?
     
     
     
     
     
     
    Pauvre commissaire Dupin : lui qui déteste le bateau, le voilà sur le pont dès le petit matin,
    sans avoir pu siroter son premier café de la journée.
    On pourrait  croire que les victimes se sont simplement noyées.
    Mais l'une d'elles se révèle être un sombre entrepreneur et acteur non négligeable
    de la politique locale, et une autre, un navigateur hors pair collectionnant les ennemis.
     
     
     
     
     
     
    Dupin flaire l'embrouille. L'enquête l'entraînera au plus profond de l'histoire de l'archipel
    et de ses inénarrables habitants - chercheurs d'or, biologistes militants,
    belles plongeuses et nombreux intrigants - et révélera au grand jour
    une réalité aussi complexe que dramatique. 

     
     
     
     
     
    La fin est étonnante mais logique, l'intrigue est bien menée.
    Gros succès en Allemagne où les deux romans ont été adaptés pour une série télévisée...
     
    Bonne semaine à toutes et à tous.
     
     

     


    23 commentaires
  • Je viens de terminer le roman

    "Un coupable trop parfait"  de Patricia Mac Donald....à lire.

     

     

    Résumé : Rentrant du collège d'Ann Harbor où elle enseigne, Kate découvre son jeune fils Dylan, prostré dans un placard. Dans la maison gît le cadavre de son mari Richard qui s'est tiré une balle dans la tête. L'avocat Mark Weaver prend en charge les intérêts de Kate avec laquelle il se marie au grand dam du fils qui ne goûte guère cette situation, aggravée par la naissance de la jeune Abby. Un nouveau drame se joue lorsque Kate confie le bébé à la garde de son mari. À son retour, elle découvre avec horreur qu'il s'est noyé en tentant de repêcher Abby dans leur piscine.

     

    Comme il ne savait pas nager, la police conclut à une mort accidentelle mais le procureur du comté, une femme que Mark courtisait avant d'épouser Kate, ne l'entend pas de cette oreille. Dylan est soupçonné du meurtre de son beau-père. Après un moment de doute, Kate se ressaisit pour prouver l'innocence de son fils. Mais ses investigations dans le passé de sa famille vont lui faire découvrir des secrets difficilement avouables.

     

    Solidement construit, ce neuvième roman de Patricia MacDonald est un suspense psychologique qui tient toutes ses promesses. Ses personnages, tous bien typés, se révèlent pour la plupart, veules et sournois sous le vernis des apparences et il devient pratiquement impossible de lâcher l'ouvrage avant la fin tant les palpitantes péripéties de cette mère de famille et de son fils sont conduites avec brio. 

     

     

    Si vous voulez passer un bon moment avec un polar, je vous le conseille, l'ayant lu deux fois, avec cinq  ans d'écart, juste pour le plaisir. 
    J'avais totalement oublié la fin , le pourquoi des protagonistes et le mobile du crime...

     

     

    Un coupable trop parfait

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique