•  

    Les jardins  thérapeutiques ou également ce qu'on appelle l'Hortithérapie ne sont pas une invention récente.

    Depuis plusieurs siècles dans les monastères comme dans les établissements de soins les jardins ont été utilisés pour aider à soigner et à prendre soin.

     

     

    On raconte que dès le XVIII ème siècle, dans certains hôpitaux on avait observé que les patients pauvres qui pour payer leurs soins, devaient s'occuper des terres et jardins de l'hôpital, récupéraient  plus vite et guérissaient plus souvent que les patients aisés qui, de leurs chambre, les regardaient travailler....raconte Jérome Pellissier docteur et chercheur en Psychologie dans un live consacré à ce sujet ( Jardins thérapeutiques et hortithérapie - éditions Dunod).

    Avec la fin des monastères et la disparition des asiles la pratique est tombée en désuétude.

     

     

    Pour en savoir plus, allez ICI.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

    LANDRIE

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

    Combien de fois sourions-nous par jour ? Impossible de le dire, tant cela dépend des personnalités et des instants choisis. Mais sourions-nous toujours pour exprimer le plaisir ?  Complexe, il révèle ce que nous sommes. Pourtant, à l’inverse du rire, qui préoccupe les chercheurs depuis une vingtaine d’années, peu d’études ont été consacrées à la plus subtile des expressions humaines.

     Sourire est d’abord un mécanisme cérébral. Selon les scientifiques, tout commence par une excitation de la partie antérieure de notre hypothalamus, glande située à la base du cerveau. Telle une onde, elle transmet un influx nerveux au système limbique, siège des émotions. Le tonus musculaire se relâche, les réactions faciales de contentement apparaissent (une excitation de la partie postérieure de l’hypothalamus entraîne des réactions de mécontentement).

     

    Quels sourires?
    - Le sourire de bienvenue ou de politesse,

    à la fois proche et distancié, met spontanément à l’aise, même si l’on n’a aucun lien avec celui qui nous l’adresse.  Il n’entre pas directement dans notre sphère intime, ne s’adresse pas à qui nous sommes, mais à ce qu’il y a d’universel en nous. « Un sourire sincère touche en nous quelque chose d’essentiel : notre sensibilité innée à la bonté », souligne le Dalaï-lama 

    - Le sourire complice

    exprime l’appartenance à une même histoire. Il révèle une entente étroite, une connivence avec certains êtres choisis. ’obliger à sourire nous entraîne à retenir les aspects positifs, à mettre en avant nos succès plutôt que nos échecs. 

    Le sourire audacieux, celui qui nous donne de l’assurance.
    S’obliger à sourire nous entraîne à retenir les aspects positifs, à mettre en avant nos succès plutôt que nos échecs. 
    « En travaillant sur ma façon de sourire et de prendre la parole en public, j’ai pris confiance en moi »,  Le sourire nous aide à mieux gérer notre stress, à faire face aux changements avec davantage de sérénité. 

    Le sourire gêné, celui qui nous excuse 
    Loin de toujours exprimer le plaisir, le sourire peut aussi marquer notre volonté de prendre de la distance : un sourire gêné peut nous monter aux lèvres lorsque nous venons de commettre un impair et que la honte nous submerge. C’est le sourire commentaire, celui qui marque le désarroi. « Le sourire navré indique que nous tentons de maîtriser notre émotion plutôt que de la subir », explique la psychothérapeute Catherine Aimelet-Perissol. Si nos sourires sont une force dans nos relations, c’est aussi parce qu’ils expriment… nos fragilités.

    Pour en savoir plus, allez ICI

    Alors souriez en toutes occasions...

    Bonne semaine à tous.

     

    Apprendre à sourire

     


    14 commentaires
  •  Jean d'Ormesson s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi, à l'âge de 92 ans. retour sur son dernier livre qui retrace les étapes de sa vie, les souvenirs, ses derniers interviews, ses chroniques...ses plus belles citations.

     

     

     

    Dans son dernier livre, C'était bien,  comment fait-il pour parler de lui à l'imparfait?  Comment parvient-il  conserver cette distance face à la mort et au passé? les souvenirs y sont délicatement égrenés, son enfance, son père et  sa mère, la société des hommes brutale et injuste, la lecture réconfortante de bons livres de Sénèque, Montaigne, saint Simon, Proust...et puis les femmes.

     

     

     

     

    Les mémoires de Jean d'Ormesson sont pétries de délicatesse et d'intelligence....comme un oiseau qui prend son vol. Jean d'Ormesson nous annonce qu'il nous quitte et nous prie de nous souvenir d'apprendre enfin à vivre...sa morale tient en trois mots : C'était bien.

     

     

     

     



     

     

     Bonne fin de semaine à tous...

    LANDRIE.

     

     


    18 commentaires
  •  

    Oublier ses frustrations.

     

     

    Nous sommes tous exposés  aux frustrations et aux déceptions. Paradoxalement ce sont souvent les petites déconvenues qui provoquent les plus grandes amertumes. Nous les ressassons, maudissons les circonstances ou les personnes qui en sont à l'origine, sans réaliser qu'un tel comportement altère notre capacité à rebondir et à percevoir de nouvelles opportunités.

    La frustration nourrit ainsi la frustration, alors qu'un esprit positif porte en lui la capacité de se regénérer....

    Pensées du matin de Catherine RAMBERT.

     

     

    Oublier ses frustrations.

     

    Peintures de Constantin Stepanjuk.

    Bon week end à tous.

     

    Oublier ses frustrations.

     

     


    17 commentaires
  • Prendre soin de soi.

     "Si on se traite bien, les autres le feront aussi"

    "Etre méchant avec soi, c'est ringard! Dans les années 90, le culte de la performance poussait à toujours plus d'exigence, à une auto-flagellation permanente.  

    Pour en sortir, il  semble important de repenser complètement son rapport à soi: être gentil, ce n'est pas se faire avoir ou être bébête, c'est adopter une perspective positive, dans tous les aspects de sa vie. Il est bien plus profitable de créer son épanouissement 'sur mesure' que de chercher à correspondre à un idéal inatteignable qui génère de l'insatisfaction.  

    Pour réapprendre à s'aimer, il faut prendre conscience de notre responsabilité dans ce qui nous arrive. Quand on est dans un mauvais mood, il nous arrive plus de choses négatives! 

     

    Prendre soin de soi.

     

     

    Ensuite, il faut sortir de sa zone de confort, aller vers des choses que l'on ne fait pas spontanément. On n'a pas besoin d'être radical pour commencer! On peut modifier de petites choses: adopter un nouveau maquillage, choisir un vêtement que l'on n'osait plus porter, prendre un autre trajet...  

    La nouveauté surgit souvent là où on ne l'attend pas. Pour aller mieux et enrichir sa vie, il n'y a pas de mystère, il faut changer certains comportements, certains mécanismes bien ancrés. 

    Avant même de se lancer, je conseille un exercice simple: adopter une bonne posture et respirer. C'est la base de l'équilibre corps/esprit. Ensuite, on sourit et on s'efforce d'avoir une pensée positive. 

    Etre gentil avec soi est essentiel pour avoir de bonnes relations  avec les autres. Si on se traite bien, les autres le feront aussi. Etre en harmonie et cohérent avec soi-même, c'est la base de tous les changements que l'on souhaite mener dans sa vie." 

     Pour en savoir plus Allez ICI

     

    Prendre soin de soi.

     

     Bonne semaine à vous mes ami(e)s

    Prenez soin de vous....

     

    Prendre soin de soi.

     

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique