•  

     

     Pierre Bonnard, né le 3 octobre 1867 à Fontenay-aux-Roses (Seine) et mort le 23 janvier 1947 au Cannet (Alpes-Maritimes), est un peintredécorateurillustrateurlithographegraveur et sculpteur français.

    Issu de la petite bourgeoisie, esprit à la fois modeste et indépendant, il se met très tôt à dessiner et à peindre. Il participe à la fondation du groupe postimpressionniste des nabis, qui entendent exalter les couleurs dans des formes simplifiées. Vénérant toutefois les impressionnistes, Bonnard va tracer son chemin personnel à l'écart des avant-gardes qui suivront : fauvismecubismesurréalisme. Il produit énormément et connaît le succès dès le tournant du siècle.

     

     

    Paysage du Dauphiné - 1888.

     

    Andrée Bonnard avec ses chiens - 1890.

    Andrée était la nièce du peintre.

     

    Pierre Bonnard est de ceux qui créent le mouvement nabi en référence à l'art de Paul Gauguin.

    En octobre 1888, Paul Sérusiermassier à l'académie Julian, revient de Bretagne, où il a peint sur le couvercle d'une boîte à cigare et sous la direction de Paul Gauguin L'Aven au bois d'amour : pour ses camarades qui ignorent tout des évolutions récentes en peinture, ce tableautin est une révélation et ils en font leur « talisman ».

    Au sein du groupe, Bonnard est le plus influencé par l'art japonais.

     

     

    Femmes au jardin- 1891...Musée d'Orsay.

     

    Grand voyageur amoureux de la nature, il se retire volontiers dans sa maison de Normandie mais découvre aussi la lumière du Midi : gardant un pied à Paris, il s'installe en 1927 au Cannet, avec Marthe, sa compagne et son modèle durant près de cinquante ans.

     

    La fenêtre - 1925.

     

    La femme au perroquet - 1910.

     

     

    le balcon bleu - 1910.

     

    La terrasse à Grasse - 1912.

     

    Marthe ( sa femme) sur la terrasse - 1923.

     

    Le débarcadère - 1934.

     

      Pierre Bonnard est avant tout peintre. Observateur doué d'une grande mémoire visuelle et sensitive, il ne travaille qu'en atelier, privilégiant les genres classiques de la peinture figurative : paysage, marinenature morteportrait et nu féminin, qu'il combine aussi dans ses scènes d'intérieur. Ses sujets tirés de la vie quotidienne et sa façon de les traiter lui ont valu les étiquettes de « peintre du bonheur », « intimiste bourgeois » ou « dernier des impressionnistes ». Aussi la question a-t-elle été posée à sa mort : était-il un grand artiste, ou du moins un peintre moderne ?

    Les dernières années du peintre sont assombries par l'insociabilité de Marthe puis sa disparition, après celle de plusieurs amis.

    Pierre Bonnard s'éteint quelques jours plus tard, le 23 janvier 1947

     

    Il est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Anges du Cannet : la dalle porte simplement son nom et ses dates, sous ceux de Marthe

    .

    Pour en savoir plus, allez ICI.

     

     

    Iris et lilas - 1920.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Un roman - Joanna Trollope.

     

    Les vendredis d'Eléanor.

     

    Eleanor, femme de 70 ans aux cheveux blancs bouclés, marchant avec une canne propose à deux jeunes femmes, voisines, de venir vendredi soir chez elle, afin de partager un moment ensemble, avec leurs enfants.
    Paula, mère d'une jeune garçon mais vivant sans homme, Lindsay, veuve avec un bébé, hésitent mais acceptent. Peu à peu elles seront rejointes par Blaise, working girl célibataire associée à Karen (mariée à Lucas et maman de deux petites filles), et Jules (oui Jules) soeur de Lindsay, DJ et SDF par vocation.


    Tout ce petit monde va partager, s'aider, se comprendre, se disputer, mais s'aimer malgré tout jusqu'à l'arrivée d'un homme Jackson qui va faire éclater cette bulle et être le révélateur de toutes les acteurs de ces rencontres hebdomadaires.


    Ecriture rapide, efficace, on baigne parmi toutes ces femmes anglaises, passionnées, débordées, aimantes, frustrées, pleines d'espoirs, de rêves, d'illusions et dont Eleanor sera avec Jackson les révélateurs. Eleanor verra aussi sa vie chamboulée et se remettra en question sur sa façon de vivre sa retraite après une vie professionnelle très active.

    Un moment radieux autour d'une tasse de thé en compagnie de Jaonna Trollope et de ses "amies" : un style enivrant qui emporte...Un livre plaisant à lire pour se détendre... 

     

    Un roman - Joanna Trollope.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Né un lendemain de Noël, le 26 décembre 1883 dans le 18e arrondissement de Paris, Maurice Utrillo est un des rares peintres célèbres de Montmartre qui y soit né. Il est le fils de l'artiste peintre Suzanne Valadon (de son vrai nom Marie Clémentine Valadon) et d'un père inconnu. 

     

     

    Debout à gauche Suzanne Valadon et son fils Maurice Utrillo (assis).

     

     

    Suzanne Valadon devint le modèle de Toulouse-LautrecPuvis de ChavannesAuguste Renoir (qui l'appelait Maria), voire de Vincent van Gogh et de bien d'autres peintres montmartrois... C'est en les observant qu'elle apprit à peindre et se lança dans ses premiers dessins (son fils était un de ses modèles préférés quand il acceptait de tenir la pose). On lui présenta Edgar Degas qui lui apprit quelques techniques, l'encouragea à peindre et fut son premier acheteur.

     

     

    Montmartre et le sacré coeur.

     

     

     

    À partir de 1901, il fait plusieurs séjours à l'asile. Il sombre progressivement dans l'alcool, qui provoque chez lui de nombreux troubles (violence, démence). Ses études en sont affectées. Cependant, ses occupations thérapeutiques contribuent peut-être à révéler son génie. En tout cas, il reçoit les encouragements de sa mère lorsqu'elle pense découvrir en lui du talent.

     

    Peintre représentatif de l'École de Paris, Maurice Utrillo a peint essentiellement des paysages dans lesquels apparaissent souvent des maisons ou des coins de villages. Durant sa carrière, il peint de nombreux paysages urbains, essentiellement des vues du quartier Montmartre.

     

     

    la maison de Mimi Pinson - 1914.

     

     

    le château des Brouillards - 1914.

     

    Le moulin de la galette - 1923.

     

    Le lapin agile à Montmartre.

     

    Montmartre.

     

    Figures devant l'église - 1928.

     

     

    On distingue trois périodes dans son œuvre :

    • la période Montmagny de 1904 à 1910 ;
    • la période blanche de 1910 à 1914 : les formes et les teintes blanches sont prédominantes ;
    • la période colorée de 1922 à 1955 : les tonalités vives et gaies prédominent.

     

    Montmartre sous la neige - 1938.

     

    Maurice Utrillo meurt le 5 novembre 1955 à l'hôtel Splendid de Dax où il est en cure avec sa femme. Il est enterré au cimetière Saint-Vincentde Montmartre à Paris, face au Lapin Agile.

    Pour en savoir plus, allez ICI.

    Toutes les photos viennent d'internet...ICI

     

    Bon week end à tous, profitez du beau temps ...

     

     


    13 commentaires
  •  

     

    Les relations du passé.

     

    Ne cherchons pas à oublier nos relations du passé :

    Surtout n’essayez pas de vous en débarrasser à tout prix. Et n’essayez pas impérativement de le supprimer de votre mémoire...au lieu  de cela, donnez lui une place dans votre vie.

    Car autrefois, cette personne était là. Elle influençait votre quotidien. Elle prenait part à vos réalisations et à vos  expériences. Cela ne s’oublie pas juste en claquant des doigts.

    Après tout, ce monde est notre terrain de jeu, une terre où nous somme appelés à nous révéler, et peut-être aussi, à apprendre des leçons. Nous ne pouvons pas simplement nier ou ignorer les enseignants de la vie juste parce que nous choisissons d’être un mauvais élève.

     

    Nous devons briser l’illusion selon laquelle il est impératif d’oublier sa vie passée pour pouvoir enfin commencer une vie heureuse.

    Être fort(e) ne veut pas dire qu’il faut tout oublier et tout effacer de son passé. Etre fort(e), c’est pouvoir se souvenir et vivre en paix avec chaque décision prise. Et voir chaque jour comme une occasion pour être heureux et avoir des relations saines.

    Une vie sans hauts ni bas, ou une relation sans obstacles, est une illusion. 

    Même dans les mariages les plus réussis, il y a de nombreux obstacles, tests et leçons. Mais, il y a plus de moments heureux, plus de maturité, plus d’attention et plus d’amour."N’essayez pas de tout comprendre, car parfois, il y a des choses qui ne sont pas faites pour être comprises, mais pour être acceptées. »

    D'après un texte de S.Veringa.

    Les relations du passé.

    Bon week end à tous.

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    Avec les journées d'hiver, j'ai eu envie d'une belle  saga familiale, avec un contexte historique ou territorial bien marqué. "Des semailles et des moissons" est l'objet parfait pour l'assouvir et les ingrédients tous présents : campagne corrézienne à l'aube de la première guerre, village de paysans, héroïne fraîche et naïve mais résolue ; le commerce familial avec la petite épicerie attenante à la forge, la fête champêtre où l'on frôle le premier promis, puis le malheur qui s'abat sur le village, sur la famille, avant que bien sûr l'amour vienne redonner des couleurs au récit…

     

     

     Henri Troyat compose son récit à partir de ce qu'il y a de plus familier. On participe au quotidien de la famille Aubernat-Mazalaigue au jour le jour, dans ce qu'il a de plus banal, usuel, coutumier. Les questions que se posent les personnages, leurs préoccupations concrètes, sont celles de tout chacun...

    Ce roman en 5 tomes ( un peu plus de 1300 pages) se lit parfaitement grâce à l'écriture limpide de Henri Troyat dont je ne me lasse pas...J' ai aimé et dévoré cette saga familiale...je le relis pour la troisième fois. On est happé par cette histoire de femmes de génération en génération, vivant leur vie, leurs passions, leurs amours...

     

     

    Henri Troyat - Les semailles et les moissons.

           Bonne fin de semaine à tous.

     


    8 commentaires