•  

     

     Les Oiseaux se cachent pour mourir, retrace l'histoire inoubliable du Père Ralph de Bricassart et de Meggie Cleary.  Dans la chaleur d'un domaine australien leur passion connait durant des années des tourments. Ralph est prêtre et a voué sa vie à l'église.

    Mais le séduisant religieux tombe amoureux de la jeune Meggie. Dès lors leurs vies restent intimement liées au delà des séparations et des évènements tragiques.

    Traduits dans plus de vingt langues, ce roman a fait de de Colleen McCullough un écrivain international.

     

     

     

     

     

    Colleen McCullough est née ( 1er juin 1937) dans l'ouest de la Nouvelle Galles du Sud en Australie, d'une mère néo zélandaise et d'un père écossais.

    Neurologie de formation, elle a travaillé dans différents hôpitaux à Sydney et au Royaume Uni. A la fin des années 1970, elle s'est installée dans l'ile de Norfolk avec sa famille.

    Sa carrière d'écrivain débute en 1974 avec le roman "Tim" suivi des" Oiseaux se cachent pour mourir"( en 1977) adapté à la télévision avec Richard Chamberlain. Puis "Un autre nom pour l'amour" en 1981.

    Colleen Mc Cullough était membre de l'académie de New York . Elle est décédée  le 29 janvier 2015.

     

     

     


    C'est un roman que beaucoup ont lu...et une série vue aussi par certain(e)s d'entre vous.

    Je viens de le relire car l'histoire est si dense que j'ai toujours du plaisir à le relire.

    Bonne semaine à tous.

     

     

    Un roman ...Les oiseaux...

     

     


    9 commentaires
  •  

     

     

    La vision que nous avons.  de notre propre vie est déterminante pour sa réussite. Nos actes doivent être en conformité avec l'idée que nous nous faisons de nous même. Il faut anticiper, agir  pour devenir ce que nous ne sommes pas encore...et recommencer jour après jour, avec constance et détermination. Il faut choisir une direction que l'on pense bonne pour soi et s'y tenir.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

    Choisir une direction...

     


    12 commentaires
  •  

     

    Il ne faut jamais  se décourager...Ne pas se laisser  affecter par les circonstances.

    Celles ci sont à court terme...une dispute, une incompréhension, une opportunité qui tombe à l'eau, une personne qui ne vous contacte pas.

     

     

    Votre plan, lui est à long terme, vous voulez changer de vie...ne laissez pas un petit accroc en chemin vous décourager. On dit qu'il ne faut pas blâmer une contrariété...si cela n'a pas fonctionné, il y a toujours une bonne raison.

    Il faut se souvenir que les petites défaites peuvent déboucher un jour  sur une grande victoire.

     

     Peintures de Gerhard Nevadba.

    Bonne journée à tous.

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Sare est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en  région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, à la frontière avec l'Espagne. Elle est adossée à la chaîne pyrénéenne, qui forme autour du bassin occupé par le bourg un cirque ouvert vers l'est et le nord.

    La commune recèle un habitat ancien, dont certaines, parmi les 283 maisons recensées à la fin du xxe siècle, datent partiellement du xve siècle. L'architecture traditionnelle de ces édifices, leur décoration extérieure et leur orientation définissent l'archétype de la maison labourdine rurale tel qu'il existe dans l'imagerie populaire sous le vocable de « maison basque ».

     

     

    La maison d' Ihalare.

     

    Sare possède un patrimoine naturel sauvage ou semi-sauvage, encadré par des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique, ou protégé par des réglementations nationales ou régionales.

     

    La mairie.

     

     

    La localité a accueilli des personnalités marquantes, soit issues du village, soit telles qu'Axular, considéré comme le premier prosateur de langue basque, ou bien Napoléon IIIou Édouard VII, attirés par les paysages et les grottes, ou par les démonstrations de pelote basque. La localité, qui a fait l'objet d'une étude approfondie de la part de José Miguel de Barandiarán, a, sous le nom d'Etchezar, également servi de modèle à Pierre Loti, pour figurer le village de Ramuntcho.

     

    Le Zuhalmendi au nord ouest.

     

     

     

    Pour en savoir plus, allez ICI 

    Bonne fin de semaine mes ami(e)s,

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     

     

     

    Planifier sa journée et organiser ses priorités permet de libérer son esprit. Ainsi, désencombrée, la en prépare  devient plus déliée, plus créative. On peut alors réfléchir  sereinement et avancer dans la bonne direction.

    Planifier c'est un moyen de ne pas subir la pression...programmer apporte un sentiment de sécurité.

    Vous pouvez dresser des listes utiles : « Certaines aident, d’autres plombent. Pour faire baisser la pression intérieure, commencez toujours par un verbe, et préférez une succession de petites actions (passer chez le traiteur, téléphoner au caviste) plutôt qu’une tâche générale un peu floue (s’occuper du dîner). Les listes contextuelles sont aussi intéressantes : les impondérables en vacances par exemple ou, en effet, l’inventaire des cadeaux. »

     

     

     

    Ne pas viser trop haut, trop vite. On risque de ne pas atteindre l'objectif et d'être déçu. Mieux vaut procéder par étapes et s'assigner des buts progressifs. Car chaque petite victoire en prépare une plus grande.

    Source : Psychologie.com/

    Bonne semaine à tous.

     

     

     

     

     


    13 commentaires