•  

    C'est le prinemps.

     

    Nous avons de la chance d'avoir un printemps avancé cette année...dans le jardin les floraisons ont été précoces.

    Cependant ce n'est pas une bonne nouvelle pour la nature... 

    Une douceur certes appréciable, mais qui complique le rythme de la nature, car les bourgeons en plein hiver, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. D'autant qu'il y a un an, les producteurs protégeaient leurs champs de la vague de froid. Cette année, les pépiniéristes voient des clients arriver en avance, un peu déboussolés. "C'est une question qui interpelle",  de voir certaines fleurs qui ne devraient pas être de saison.

    Record de chaleur battu au Royaume-Uni, printemps précoce sur la France ou la Scandinavie mais neige en Turquie et en Grèce : la météo est sens dessus dessous en Europe en ce mois de février, nouveau signe possible du dérèglement climatique.

     

    De manière générale, les scientifiques sont réticents à attribuer au seul dérèglement climatique la survenue d'un événement météo extrême quel qu'il soit. Toutefois, de plus en plus de recherches sont conduites pour déterminer a posteriori si un événement aurait pu se produire dans un monde non soumis au changement climatique causé par les activités humaines. 

    Pour en savoir plus, voir ICI.

    En attendant voici quelques photos du jardin, ce début mars.

     

    C'est le prinemps.

    Camélia du japon.

     

    C'est le prinemps.

    Héllebores orientalis.

     

    Héllebores blanches.

     

    Primevères.

     

    Plate bande composée de bruyères, héllebores, primevères.

     

    Bon week end ensoleillé à tous.

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     

    Je viens de terminer le premier tome de  son dernier roman, la symphonie du hasard. ..

    À New York, dans un bureau, une éditrice lit un manuscrit. Une œuvre qui la trouble et qui va la replonger dans son passé et celui de sa famille. Sur le papier, une famille comme tant d’autres au pays de l’Oncle Sam, un bonheur propret, une vie plutôt confortable. Et pourtant… Aux années soixante insouciantes vont succéder les années soixante-dix tumultueuses. Et faire exploser au passage toutes ces familles qui croyaient encore au rêve américain…

    Alice en est un exemple typique. Cette éditrice new-yorkaise, qui rend visite à son frère en prison, reçoit des confidences qui l'entrainent dans un flash back des années 70, ses années de fac, encombrées de la quête de soi, de la charge d'une famille aussi ordinaire que conflictuelle, avec des secrets et des trahisons qui ne demandent qu'à émerger pour troubler l'équilibre apparent d'un photo instantanée.
    On adhère sans difficulté, avec quand même parfois un admiration dubitative sur la mémoire phénoménale de cette femme qui se souvient de détails du quotidien comme si les événements s'étaient déroulés la veille.  

    Les années 70 à New-York étaient teintés des échos de la révolution pacifique californienne. Les années de la revendication d'une tolérance universelle pour les choix de vie, n'avaient pas encore libéré totalement les esprits. Homosexualité, libération sexuelle, racisme, la jeunesse avait fort à faire pour s'affranchir des conceptions traditionnelles d'avant mai 68. 
    Un bon début, prometteur, et conduisant sans arrière pensée à se plonger dans le deuxième tome de la trilogie. 

     

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     Pierre Bonnard, né le 3 octobre 1867 à Fontenay-aux-Roses (Seine) et mort le 23 janvier 1947 au Cannet (Alpes-Maritimes), est un peintredécorateurillustrateurlithographegraveur et sculpteur français.

    Issu de la petite bourgeoisie, esprit à la fois modeste et indépendant, il se met très tôt à dessiner et à peindre. Il participe à la fondation du groupe postimpressionniste des nabis, qui entendent exalter les couleurs dans des formes simplifiées. Vénérant toutefois les impressionnistes, Bonnard va tracer son chemin personnel à l'écart des avant-gardes qui suivront : fauvismecubismesurréalisme. Il produit énormément et connaît le succès dès le tournant du siècle.

     

     

    Paysage du Dauphiné - 1888.

     

    Andrée Bonnard avec ses chiens - 1890.

    Andrée était la nièce du peintre.

     

    Pierre Bonnard est de ceux qui créent le mouvement nabi en référence à l'art de Paul Gauguin.

    En octobre 1888, Paul Sérusiermassier à l'académie Julian, revient de Bretagne, où il a peint sur le couvercle d'une boîte à cigare et sous la direction de Paul Gauguin L'Aven au bois d'amour : pour ses camarades qui ignorent tout des évolutions récentes en peinture, ce tableautin est une révélation et ils en font leur « talisman ».

    Au sein du groupe, Bonnard est le plus influencé par l'art japonais.

     

     

    Femmes au jardin- 1891...Musée d'Orsay.

     

    Grand voyageur amoureux de la nature, il se retire volontiers dans sa maison de Normandie mais découvre aussi la lumière du Midi : gardant un pied à Paris, il s'installe en 1927 au Cannet, avec Marthe, sa compagne et son modèle durant près de cinquante ans.

     

    La fenêtre - 1925.

     

    La femme au perroquet - 1910.

     

     

    le balcon bleu - 1910.

     

    La terrasse à Grasse - 1912.

     

    Marthe ( sa femme) sur la terrasse - 1923.

     

    Le débarcadère - 1934.

     

      Pierre Bonnard est avant tout peintre. Observateur doué d'une grande mémoire visuelle et sensitive, il ne travaille qu'en atelier, privilégiant les genres classiques de la peinture figurative : paysage, marinenature morteportrait et nu féminin, qu'il combine aussi dans ses scènes d'intérieur. Ses sujets tirés de la vie quotidienne et sa façon de les traiter lui ont valu les étiquettes de « peintre du bonheur », « intimiste bourgeois » ou « dernier des impressionnistes ». Aussi la question a-t-elle été posée à sa mort : était-il un grand artiste, ou du moins un peintre moderne ?

    Les dernières années du peintre sont assombries par l'insociabilité de Marthe puis sa disparition, après celle de plusieurs amis.

    Pierre Bonnard s'éteint quelques jours plus tard, le 23 janvier 1947

     

    Il est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Anges du Cannet : la dalle porte simplement son nom et ses dates, sous ceux de Marthe

    .

    Pour en savoir plus, allez ICI.

     

     

    Iris et lilas - 1920.

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Un roman - Joanna Trollope.

     

    Les vendredis d'Eléanor.

     

    Eleanor, femme de 70 ans aux cheveux blancs bouclés, marchant avec une canne propose à deux jeunes femmes, voisines, de venir vendredi soir chez elle, afin de partager un moment ensemble, avec leurs enfants.
    Paula, mère d'une jeune garçon mais vivant sans homme, Lindsay, veuve avec un bébé, hésitent mais acceptent. Peu à peu elles seront rejointes par Blaise, working girl célibataire associée à Karen (mariée à Lucas et maman de deux petites filles), et Jules (oui Jules) soeur de Lindsay, DJ et SDF par vocation.


    Tout ce petit monde va partager, s'aider, se comprendre, se disputer, mais s'aimer malgré tout jusqu'à l'arrivée d'un homme Jackson qui va faire éclater cette bulle et être le révélateur de toutes les acteurs de ces rencontres hebdomadaires.


    Ecriture rapide, efficace, on baigne parmi toutes ces femmes anglaises, passionnées, débordées, aimantes, frustrées, pleines d'espoirs, de rêves, d'illusions et dont Eleanor sera avec Jackson les révélateurs. Eleanor verra aussi sa vie chamboulée et se remettra en question sur sa façon de vivre sa retraite après une vie professionnelle très active.

    Un moment radieux autour d'une tasse de thé en compagnie de Jaonna Trollope et de ses "amies" : un style enivrant qui emporte...Un livre plaisant à lire pour se détendre... 

     

    Un roman - Joanna Trollope.

    Bon week end à tous.

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Né un lendemain de Noël, le 26 décembre 1883 dans le 18e arrondissement de Paris, Maurice Utrillo est un des rares peintres célèbres de Montmartre qui y soit né. Il est le fils de l'artiste peintre Suzanne Valadon (de son vrai nom Marie Clémentine Valadon) et d'un père inconnu. 

     

     

    Debout à gauche Suzanne Valadon et son fils Maurice Utrillo (assis).

     

     

    Suzanne Valadon devint le modèle de Toulouse-LautrecPuvis de ChavannesAuguste Renoir (qui l'appelait Maria), voire de Vincent van Gogh et de bien d'autres peintres montmartrois... C'est en les observant qu'elle apprit à peindre et se lança dans ses premiers dessins (son fils était un de ses modèles préférés quand il acceptait de tenir la pose). On lui présenta Edgar Degas qui lui apprit quelques techniques, l'encouragea à peindre et fut son premier acheteur.

     

     

    Montmartre et le sacré coeur.

     

     

     

    À partir de 1901, il fait plusieurs séjours à l'asile. Il sombre progressivement dans l'alcool, qui provoque chez lui de nombreux troubles (violence, démence). Ses études en sont affectées. Cependant, ses occupations thérapeutiques contribuent peut-être à révéler son génie. En tout cas, il reçoit les encouragements de sa mère lorsqu'elle pense découvrir en lui du talent.

     

    Peintre représentatif de l'École de Paris, Maurice Utrillo a peint essentiellement des paysages dans lesquels apparaissent souvent des maisons ou des coins de villages. Durant sa carrière, il peint de nombreux paysages urbains, essentiellement des vues du quartier Montmartre.

     

     

    la maison de Mimi Pinson - 1914.

     

     

    le château des Brouillards - 1914.

     

    Le moulin de la galette - 1923.

     

    Le lapin agile à Montmartre.

     

    Montmartre.

     

    Figures devant l'église - 1928.

     

     

    On distingue trois périodes dans son œuvre :

    • la période Montmagny de 1904 à 1910 ;
    • la période blanche de 1910 à 1914 : les formes et les teintes blanches sont prédominantes ;
    • la période colorée de 1922 à 1955 : les tonalités vives et gaies prédominent.

     

    Montmartre sous la neige - 1938.

     

    Maurice Utrillo meurt le 5 novembre 1955 à l'hôtel Splendid de Dax où il est en cure avec sa femme. Il est enterré au cimetière Saint-Vincentde Montmartre à Paris, face au Lapin Agile.

    Pour en savoir plus, allez ICI.

    Toutes les photos viennent d'internet...ICI

     

    Bon week end à tous, profitez du beau temps ...

     

     


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires