• Il faut oser l'oisiveté.

     

     

     

    L'oisiveté, dit-on, est la mère de tous les vices, mais elle est aussi la mère de l'invention. Les plus grandes découvertes scientifiques ont été faites dans l'oisiveté : Galilée et son bain, Newton et sa pomme… Einstein, lui-même, était considéré comme un cancre paresseux. L'un de mes professeurs en relaxation véhiculait même l'idée que l'on devrait passer, à chaque semaine, une journée entière au lit afin de laisser la « folle du logis » réinventer notre vie.

     

     . On profite de son temps libre pour faire les choses que l'on veut, qui nous rendent noble, et non ignoble, c'est-à-dire que ces choses-là nous élèvent et nous rendent heureux.

    L'oisiveté est l'art de l'oiseau.  Ce qui compte, pour l'oisif, c'est l'instant présent, un nuage du soir qui se croit poisson rouge, un concert de grande musique, une nuit d'insomnie aux bruits infinis, un retour éphémère dans la ville de l'enfance, un paysage peint dans un village tessinois, une forêt sous la neige. Bien sûr, on  ne peut que se désoler du rythme du monde. Quand il faut retrouver la frénésie des villes, le populisme des performances virtuoses, les sapins assassinés de Noël, c'est à contre-coeur, à contre-courant, ne courant ni après les honneurs ni après les hommes. 

    On a hâte de retrouver son coin perdu avant qu'il ne soit envahi par les touristes aveugles. Il se réjouit de passer des jours entiers à se passionner pour la couleur des zinnias. On l'envie.

     texte d'après "L'art de l'oisiveté " qui est un recueil de propos, de réflexions, de pensées qu'Hermann Hesse a rédigé au cours de sa vie et plus précisément entre 1908 et 1959. A travers les textes de l'ouvrage, on peut se faire une idée précise de la position de Hesse face au monde contemporain.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :