•  

     

     Toutes mes pensées vont vers mon amie Claire qui a perdu hier, son mari, après une longue maladie.

    Les mots sont impuissants en pareil moment, je veux lui  dire que je partage sa peine avec ce poème..

     

     

     

     

     

    La mort n’est rien,
    je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
    Je suis moi. Vous êtes vous.
    Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

    Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,
    parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
    N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.
    Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

     

     

    Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

    Que mon nom soit prononcé à la maison
    comme il l’a toujours été,
    sans emphase d’aucune sorte,
    sans une trace d’ombre.

    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.
    Le fil n’est pas coupé.
    Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
    simplement parce que je suis hors de votre vue ?
    Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

    Vous voyez, tout est bien.

    Henry Scott Holland.

     

     

    Alors, tout ce que nous pouvons te dire ma chère Claire, c'est que nous sommes avec toi, avec tes proches 

    par la pensée...Puisse la flamme de cette bougie accompagner son âme au Ciel et te donner un peu de paix.

    Bon courage mon amie - je t'embrasse affectueusement. Landrie

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

    Carpe Diem.

     

    Avec le temps qui passe 

     Ne dit-on pas : Tout casse, tout lasse ! ?
    Avec le temps qui passe, 

     Vois comme nos rêves trépassent,
    Comme notre avenir se tasse.  Tout se ratatine,
    C'est la Loi divine,  C'est le lot ultime,
     

    Pour chacun d'entre nous, 

     

    Carpe Diem.

     

     

     

    Le temps est une échéance qui nous rend fous.
    Carpe Diem  Répondent certains, 

    Vivons comme de facétieux lutins,
    Conjuguons au présent les lendemains
    Et cueillons des brins de folie et des bouquets d'espoir,
    Afin d'éviter, avec le temps, de tout peindre en noir !

     

    Carpe Diem.

     

     

    Bon week end à tous.

     


    15 commentaires
  •  

    Saviez-vous que cuisiner rend heureux ? Pendant longtemps, je savais à peine faire cuire un oeuf, mais cuisiner est devenu pour moi un mode d’expression,  une source sans fin de plaisir et de régals.

    « Les gens sous-estiment le pouvoir de ces aliments pour leur bien-être à court et long terme. Ils représentent notre meilleure police d’assurance santé!

     

     

     

     

    C’est bien entendu un geste d’amour et de partage. C’est rassembleur. Mais cuisiner, c’est aussi comme prendre l’avion, ça ouvre nos horizons et ça nous procure un sentiment de liberté. La liberté de choisir de meilleurs ingrédients, d’enrichir nos recettes. La liberté d’apprivoiser à son rythme des ingrédients nouveaux. Cuisiner, c’est prendre en main notre alimentation. En cuisinant, on devient moins dépendant des produits transformés. Notre alimentation se simplifie. Les produits frais prennent plus de place. Ça sent bon dans la maison.  On crée de bons souvenirs. Sans parler du sentiment d’accomplissement lorsqu’on réalise qu’on l’a fait soi-même et que c’est bon! »

    Geneviève O’Gleman, nutritionniste.

     

     

     

     

     « S’intéresser à l’origine des aliments et acheter directement de producteurs, comme au marché public ou à la ferme. Ce sont des sorties agréables en-soi, qui sont aussi éducatives et inspirantes! Les producteurs passionnés partagent souvent des idées pour cuisiner leurs produits vedettes. C’est aussi une façon de «mieux manger» dans le sens plus vert du terme, en ayant accès à des produits frais, de saison et cultivés localement sans passer par plusieurs intermédiaires. Mieux manger ça commence aussi avec nos façons de s’approvisionner et de s’intéresser aux aliments. »

     Julie Aubé, nutritionniste.

     

    Cuisiner rend heureux.

     

    Peintures de Gleb Gouloubetsky.

    Bonne semaine à tous...

     

     

     


    26 commentaires
  •  

     

    pensées positives

     

    Fais que chaque heure de ta vie soit belle.  Le moindre geste est un souvenir futur.

     Le temps est comme un flocon de neige: pendant qu'on se demande ce qu'on va en faire, il fond.

    Il faut savoir remettre à plus tard pour avoir le temps d'accomplir aujourd'hui ce qu'on aurait dû faire hier.

    On ne perd pas de temps quand on aiguise ses outils.

    Le temps et l'espace sont infinis et pourtant on en a jamais assez.

    Le temps est souvent trop lent pour ceux qui attendent, il est aussi trop rapide pour ceux qui craignent.  Parfois il peut paraître long pour ceux qui pleurent et il est si court pour ceux qui se réjouissent.  Mais… pour ceux qui s'aiment… le temps n'existe pas…

     

    pensées positives

     

     

    L'avenir est un présent à venir où l'on devra comme maintenant saisir l'instant qui passe.

    Le futur est poursuivi par le présent.

    Le temps perdu se rattrape toujours.  Mais peut-on rattraper celui qu'on a pas perdu?

    Le temps est ce qui empêche les choses de nous arriver toutes en même temps.

     

     

    La morale.

     

     

    Le temps perdu n'est jamais retrouvé.

    Prends le temps de regarder les étoiles.

     

    Peintures de Robert Wallis Wood.

     

    Bon week end à tous.

     

     

    pensées positives


    15 commentaires
  •  

     

    Personnes disparues...Roman policier.

     

    Je viens de relire ce roman à suspense...

    Résumé : Non loin de New York, Justin, six mois, et sa baby-sitter Rebecca, quinze ans, disparaissent. Pas de demande de rançon. Aucune trace. Les raisons de cette disparition restent inexpliquées. Fugue? Acte d'une femme en mal d'enfant'? Crime d'un pervers sexuel? Les hypothèses ne manquent pas.

    Les soupçons du chef de la police locale se portent bientôt sur Ellen Henson. Souffrant d'une dépression due à la mort prématurée de son fils en bas âge, elle pourrait bien avoir agi sous le coup du désespoir. Quant à Doug Blake, professeur de lycée déjà jugé pour harcèlement sexuel sur la personne d'une mineure, il fait un suspect idéal. Mais est-il vraiment coupable ? Dans la petite Ville la tension monte, l'angoisse gagne du terrain, tandis que la mort qui rôde guette patiemment sa prochaine proie…

     

    Personnes disparues...Roman policier.



    Avec ce septième roman publié en « Spécial Suspense », Patricia MacDonald, l'auteur d'Expiation et d'Une femme sous surveillance s'installe en tête de liste des plus grands auteurs du genre. Maîtrisant à merveille l'art subtil de faire naître l'angoisse au cœur même du quotidien,  jusqu'au dénouement final, la  reine du Suspense impose son style bien personnel...

     

     

    Personnes disparues...Roman policier.

     

    L'auteur utilise le pretexte de l'enlèvement pour montrer aux lecteurs la souffrance psychologique que peuvent endurer les femmes dans diverses situations. La souffrance d'une femme qui a perdu un enfant ou celle d'une femme qui ne peut rien faire contre l'enlèvement de son bébé,  celle d'une femme voyant son couple explosé et  qui n'a jamais été aimée.


    Mensonges, infidélité, pédophilie, kidnapping et folie névrotique, tous ces vices sont les sujets de ce roman qui feront beaucoup de victimes à la fin de l' histoire...à lire aussi pour son coté psychologique.

     

     

    Peintures de Candice Ferguson

    Bonne semaine mes ami(e)s.

    LANDRIE.

     

     

     


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires